Le chef libéral Philippe Couillard

Patients orphelins: Couillard est prêt à sévir contre les médecins

LA TUQUE — Un gouvernement Couillard réélu punira les médecins de famille qui ne prennent pas suffisamment de patients orphelins.

Le chef libéral a fait savoir lundi qu'ils devront faire l'effort maximal s'ils ne veulent pas être sanctionnés.

Rappelons que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a fixé à 85 pour cent la proportion de la population qui devait être prise en charge par un médecin de famille.

La loi prévoyait que si ce taux n'était pas atteint au 31 décembre 2017, les médecins étaient passibles de sanctions, mais ces dispositions ont été suspendues pour leur laisser plus de temps.

Or le taux actuel avoisine les 80 pour cent.

En conférence de presse lundi matin à Saint-Félicien, dans sa circonscription, M. Couillard a dit avoir constaté que les efforts des médecins «semblent avoir diminué» pour atteindre «une sorte
de plateau», depuis la suspension des modalités coercitives de la loi.

Il faut reprendre le «rythme de croisière», a-t-il déclaré.

Un signal clair

«Il faut envoyer un signal très clair aux médecins (selon lequel) on compte sur une participation maximale à l'effort d'inscription des patients», a poursuivi le chef libéral.

Mais si le message ne passe toujours pas, un éventuel gouvernement libéral perdra patience et n'hésitera pas à remettre en vigueur les articles de la loi qui prévoit de lourdes pénalités financières aux médecins réfractaires.

«Les articles de loi sont toujours là, je n'aurais aucune difficulté à les mettre en vigueur, aucune hésitation, parce que je veux qu'on atteigne au moins l'objectif de 85 pour cent.»

Selon lui, toutes les conditions sont en place pour atteindre l'objectif et rien ne saurait justifier d'autres retards.

«On assez de médecins, on a assez d'argent — Dieu sait qu'on a assez d'argent en santé pour ça. Normalement, il n'y a aucune raison pour laquelle on ne pourrait pas atteindre l'objectif.»

M. Couillard a rappelé que sa candidate vedette dans Jean-Lesage, Gertrude Bourdon, à qui il a promis le ministère de la Santé, a même lancé qu'elle était prête à viser bien au-delà de 85 pour cent.

Il a aussi tenu à souligner que l'initiative d'inscription accélérée mise en place par son gouvernement avait permis à plus de 1 million de personnes de se trouver un médecin de famille.