Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, avait réuni ses troupes au Club social Victoria, mardi soir, pour son premier rassemblement à Québec.

Lisée parle du mystère Legault

Environ 200 partisans du Parti québécois (PQ) se sont réunis mardi soir au Club social Victoria dans Taschereau pour le premier rassemblement de Jean-François Lisée à Québec. Il a tiré à boulets rouges sur le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) en tête des sondages en ce début de campagne.

Le choix de Taschereau n’est pas anodin. Château fort du PQ à Québec depuis 20 ans, la donne pourrait changer le 1er octobre avec une victoire caquiste ou libérale. Rappelons qu’en 2014, le candidat libéral Florent Tanlet avait été battu par Agnès Maltais par seulement 451 votes.

Est-ce qu’il y a un mystère à Québec? Pour Jean-François Lisée, non. La pensée est différente par rapport à Montréal, mais c’est ce qu’on appelle la «diversité». Le vrai mystère, selon le chef du PQ, s’appelle François Legault.

Selon M. Lisée, le chef de la CAQ tient un discours différent à Montréal et à Québec.

«À Mont­réal, les gens ont voté pour une mairesse dont le principal engagement, c’était la ligne rose. Il n’y a pas d’étude encore sur la ligne rose. On ne sait pas combien ça va coûter. On ne sait pas si c’est opportun. Mais François Legault a dit : “Moi, je le sais et c’est non”», a-t-il fait valoir. «Mais à Québec, on ne sait pas si le troisième lien c’est opportun, combien ça coûte, mais c’est oui coûte que coûte», a-t-il poursuivi.

S’il devient premier ministre, Jean-François Lisée demandera aux experts de se prononcer en toute indépendance. Le PQ attend d’être convaincu par l’étude d’opportunité avant de dire oui à un éventuel troisième lien.

Immigration et langue française

M. Lisée a poursuivi son discours sur un thème où François Legault est un vrai mystère, selon lui : l’immigration.

«Régis Labeaume a dit hier : “Ça prend des immigrants qui parlent français.” […] Mais François Legault interrogé par une chaîne anglaise sur les problèmes d’intégration des immigrants à Montréal a dit qu’on insiste trop sur la connaissance du français», a-t-il souligné.

Selon M. Lisée, la langue n’a aucune importance pour la CAQ, seules les qualifications professionnelles comptent, un danger pour la langue française et un mensonge envers les immigrants.

«Il dit : “Venez et pendant trois ans vous serez en probation et si après trois ans, vous ne passez pas le test de français et le test des valeurs, on va demander à Ottawa de vous déporter”», a-t-il dénoncé.

L’indépendance du Québec

Le chef du PQ a rappelé que dans un passé pas si lointain, François Legault était un indépendantiste convaincu. Mais depuis, il a tourné le dos à cette idée.

Selon M. Lisée, le PQ ne tiendra pas de référendum dans un premier mandat, mais le projet n’est pas enterré.

En 2020, le PQ mettra à jour les études sur le Québec indépendant qui ont été faites sous Jacques Parizeau et Robert Bourassa.

Et en 2022, lors des élections provinciales, le parti demandera aux Québécois s’ils donnent au PQ le mandat de créer un Québec indépendant.