Le chef de la CAQ a profité de sa présence pour confirmer les deux candidats annoncés par Le Soleil, dans l’édition de samedi, l’ex-député et commentateur Sylvain Lévesque dans Chauveau et de l’ex-ministre péquiste Jean-François Simard dans Montmorency.

Le troisième lien, cheval de bataille de la CAQ à Québec

La campagne électorale n’est pas encore officiellement commencée, mais on sent déjà la frénésie et l’impatience à la Coalition avenir Québec (CAQ) d’en découdre avec les libéraux à Québec. François Legault a inauguré, dimanche, le local de campagne de la CAQ à Québec, en compagnie des candidats de la région. La principale promesse: réaliser le troisième lien à l’est.

Il faisait chaud dans le local de la CAQ, mais la troupe de François Legault n’entend pas à se prélasser en attendant le lancement officiel de la campagne électorale, le 30 août. Le chef a profité de sa présence pour confirmer les deux candidats annoncés par Le Soleil dans l’édition de samedi dernier, l’ex-député et commentateur Sylvain Lévesque dans Chauveau, et l’ex-ministre péquiste Jean-François Simard dans Montmorency.

LIRE AUSSI: Touche (presque) finale à l’équipe caquiste à Québec

Ces deux proches de François Legault veulent déloger les libéraux dans leur circonscription respective: Véronyque Tremblay, députée de Chauveau et actuelle ministre déléguée aux Transports, et Marie-France Trudel, ancienne conseillère municipale d'Équipe Labeaume, candidate dans Montmorency.

Jean-François Simard a été député de la circonscription de Montmorency en 1998, il a été nommé, en 2002, ministre délégué à l’Environnement et à l’Eau et leader parlementaire adjoint du gouvernement. Depuis 2004, il est professeur au département des sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais. À cette université, il aura également été responsable du programme de maîtrise en sciences sociales, du développement territorial, membre du conseil d’administration et du comité exécutif, membre de la commission des études et titulaire de la Chaire Senghor de la Francophonie. De plus, il a été président du Réseau international des Chaires Senghor de la Francophonie et président du conseil d’administration de la Société du patrimoine politique du Québec. 

Sylvain Lévesque a été directeur général de l’association À cœur d’homme, un réseau d’aide aux hommes pour une société sans violence. Élu député de Vanier-Les Rivières en 2012, il est devenu directeur général adjoint de la Coalition Avenir Québec en 2014. Depuis 2016, Sylvain Lévesque est connu des Québécois pour ses chroniques politiques, notamment au FM93 et dans différentes stations du réseau Cogeco, sur le blogue des Spins Doctors du Journal de Québec, ainsi qu’à RDI. 

Une superclinique dans Chauveau

Les deux candidats, comme leur chef, ont une nouvelle fois martelé la nécessité d’un troisième lien à l’est dans la région de Québec. «Cette campagne sera l’occasion pour les gens de Montmorency de faire leur choix. Contrairement à la candidate libérale, je ne considère pas que le troisième lien est un trip des médias, a-t-il lancé. Quand je vais à la rencontre des gens, ils me parlent du troisième lien, ils le veulent.» 

En plus de défendre le troisième lien à l’est, M. Simard, souhaite travailler étroitement avec l’industrie du tourisme. «Le site de la chute Montmorency sera au coeur de nos priorités», a-t-il promis.


« Cette campagne sera l’occasion pour les gens de Montmorency de faire leur choix. Contrairement à la candidate libérale, je ne considère pas que le 3e lien est un trip des médias, a-t-il lancé. Quand je vais à la rencontre des gens, ils me parlent du 3e lien, ils le veulent. »
Jean-François Simard, candidat de la CAQ dans Montmorency

Le candidat dans Chauveau, Sylvain Lévesque, a quant à lui fustigé le ministre de la Santé Gaétan Barrette, qui avait promis en 2015 une superclinique dans la circonscription. «On a besoin de services de proximité dans le secteur nord de la ville de Québec. Gaétan Barrette n’a pas livré», a-t-il déploré.

François Legault a également insisté sur le fait que pour la première fois depuis 50 ans, la campagne pour les élections provinciales ne se jouera pas sur l’indépendance du Québec. «Ça sera une élection normale, qui va rejoindre les gens sur les sujets qui les préoccupent», a-t-il mentionné. Pour le chef de la CAQ, l’élection à Québec se jouera entre son parti et le Parti libéral. La lutte opposera «le changement», au «statu quo».

La CAQ a présenté l’ensemble de ses candidats dans la région de la Capitale-Nationale, à l’exception de la circonscription de Charlesbourg. Selon des informations du Soleil, la directrice du CHU de Québec, Gertrude Bourdon, porterait les couleurs de la CAQ.