Le candidat du Parti québécois dans Papineau, Yves Destroismaisons, est venu appuyer la candidate du PQ dans Hull, Marysa Nadeau, lundi, lors de l’ouverture officielle de son quartier général.

Le PQ aborde le dossier référendaire en Outaouais

Bien que l’Outaouais ne soit pas une région où la souveraineté du Québec est un sujet bien vendeur, les candidats du Parti québécois dans la région portent la question de l’indépendance lors de leurs interactions avec les citoyens durant la présente campagne électorale.

« Ce n’est pas une campagne référendaire que l’on fait en ce moment, mais on doit parler de la souveraineté », a laissé tomber le candidat du PQ dans Gatineau, Jonathan Carreiro-Benoit, lundi, en marge du lancement officiel de la campagne électorale de la candidate péquiste dans Hull, Marysa Nadeau.

« En Outaouais, on peut penser au nationalisme économique, on peut penser aux redevances qu’on aura au niveau fédéral, que ce soit avec la péréquation, les taxes, les impôts », a-t-il continué.

Le candidat du PQ dans Papineau, Yves Destroismaisons, aborde l’indépendance avec les électeurs, tout en prenant soin de préciser qu’un gouvernement péquiste ne tiendra pas de référendum dans son premier mandat s’il est élu le 1er octobre.

« Je sens une volonté très grande de briser l’hégémonie des libéraux actuellement, a indiqué M. Destroismaisons. Je présente aux gens les idées du Parti québécois, je leur présente le plan du Parti québécois, et les gens sont très réceptifs. On sent que la volonté de voter pour la CAQ (Coalition avenir Québec) est très volatile », a-t-il ajouté.

Blake Ippersiel, un jeune péquiste de 19 ans, est le candidat de la formation indépendantiste dans Chapleau. Il s’implique depuis quatre ans au sein du PQ.

« Ce qui m’a attiré au Parti québécois c’était son écoute des services publics, son écoute des gens, son écoute des régions. Quand je regarde la situation aujourd’hui, ça n’a pas changé, et c’est pour ça que je suis encore au sein du Parti québécois », a-t-il plaidé.

Lors de son discours de quelque 16 minutes devant des militants à son quartier général de campagne, Marysa Nadeau, 34 ans, n’a pas prononcé les mots « indépendance » ou « souveraineté ». La mère de famille et enseignante a notamment souligné l’importance de développer l’Université du Québec en Outaouais (UQO), de valoriser les CLSC et de s’assurer que le statut particulier de l’Outaouais en matière de santé soit soutenu adéquatement. Elle a tenu à saluer les jeunes immigrants à qui elle enseigne leur objectif commun d’apprendre le français et de s’approprier la culture québécoise.

« L’Outaouais grouille de gens talentueux et innovateurs, de citoyens impliqués et visionnaires, et d’institutions qui rêvent de grandeur. C’est le rôle d’une élue d’explorer toutes les avenues possibles pour que se réaliser les ambitions au bénéfice du plus grand nombre possible », a-t-elle précisé.

Le PQ n’a toujours pas choisi son candidat dans la circonscription de Pontiac.