Concrètement, les mesures proposées par le PLQ samedi permettraient de faciliter l’accessibilité aux formations professionnelles et techniques et de favoriser l’obtention d’un premier diplôme.

Le PLQ promet la gratuité pour la formation professionnelle

Afin de lutter contre la pénurie de main-d'oeuvre dans certains métiers spécialisés et en région, le Parti libéral du Québec (PLQ) rendra les formations professionnelles et techniques gratuites pour les étudiants à temps partiel, s'il est réélu le 1er octobre. Les Centres de formation professionnelle (CFP) pourront également ouvrir des formations avec de petites cohortes. Les mesures se chiffrent à 92 millions $ sur quatre ans.

Concrètement, ces mesures, divisées en six volets, vont permettre, selon le PLQ, de faciliter l’accessibilité aux formations professionnelles et techniques et de favoriser l’obtention d’un premier diplôme. La gratuité coûtera 40 millions $ sur quatre ans.

Le PLQ accordera également 12 millions $ aux établissements d’enseignement pour attirer des jeunes et des adultes en formation professionnelle et en formation technique en région. L’argent servira entre autres à payer le déménagement, le loyer ou prendra la forme de bourses d’études. 

«Les étudiants qui sont dans une autre région que la leur découvrent une autre réalité et les établissements qui les accueillent maintiennent grâce à leur présence des programmes forts à travers le Québec», a souligné le premier ministre sortant Philippe Couillard lors de l’annonce samedi à Québec. 

D’autre part, un gouvernement libéral permettra aux écoles d’ouvrir des formations avec de petites cohortes. L’objectif est de favoriser l’ouverture de programmes en formation professionnelle et en formation technique en région. 

«C’est crucial pour les régions du Québec», a affirmé Philippe Couillard. «On s’assura que les jeunes soient formés pour répondre à un besoin immédiat de main-d’oeuvre identifié par le milieu», a-t-il poursuivi. 

Le candidat de Jean-Talon, Sébastien Proulx, a donné l’exemple du CFP de Montmagny où il y a des besoins en boucherie, mais pas suffisamment d’étudiants pour ouvrir le programme de façon régulière. 

Le PLQ souhaite aussi augmenter la formation en entreprise en offrant 40 programmes supplémentaires sur le modèle de formation en entreprise sur quatre ans en formation professionnelle. Actuellement, il en existe 26. Les étudiants passeraient 50 % de leur temps en entreprise. Pour la formation technique, la présence en entreprise serait de 25 % de leur temps.