Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, et sa candidate dans Prévost, Marguerite Blais, lors de l’annonce de sa mise en candidature, en mai dernier.

La CAQ force Marguerite Blais à renoncer à un débat

EXCLUSIF / L’ancienne ministre libérale Marguerite Blais, qui a revêtu les couleurs caquistes pour cette élection, s’est désistée d’un débat auquel elle devait participer dans sa circonscription parce que la direction du parti refuse qu’elle y prenne part.

Même lorsqu’ils possèdent une sacrée expérience du monde des communications et de la joute politique, comme c’est le cas pour Marguerite Blais, les candidats ne font pas ce qu’ils veulent sur le terrain. Ils doivent obéir au «national». C’est ainsi dans toutes les formations politiques, mais les consignes semblent être particulièrement lourdes à la Coalition avenir Québec (CAQ) pour cette campagne.

Explications: afin que ses concitoyens soient les mieux informés possible durant cette campagne électorale, la mairesse de Sainte-Sophie, dans la circonscription de Prévost, dans les Laurentides, au nord de Montréal, a lancé une invitation aux candidats qui s’y présentent, soit à la caquiste Marguerite Blais, au péquiste Paul St-Pierre Plamondon, à la libérale Naömie Goyette et à la solidaire Lucie Mayer. Tous ont accepté. Le débat doit se dérouler le 3 septembre.

Or, vendredi soir, dans un échange de textos entre la mairesse et l’équipe caquiste de Prévost — échange dont Le Soleil a obtenu copie —, la première se désole du désistement de Mme Blais et la relance en plaidant l’importance de l’exercice démocratique en cours.

Ne s’apercevant pas que les autres candidats engagés dans la campagne de Prévost faisaient partie de cette communication, l’attachée politique de Marguerite Blais, Lyne Richard, a écrit tôt samedi matin à sa candidate pour lui dire de ne pas répondre à la mairesse et de garder le silence conformément aux instructions de la CAQ. La candidate a répondu à sa collaboratrice en lui envoyant trois petits cœurs.

«Marguerite, on s’entend pour que tu ne lui répondes pas directement [NDLR : à la mairesse]. C’est la consigne donnée», lui écrit sa collaboratrice. Mme Blais a donc été priée de ne pas répondre directement à la mairesse de Sainte-Sophie qui venait pourtant de la relancer.

Mme Blais a un horaire trop chargé le 3 septembre, a expliqué Lyne Richard dimanche soir au Soleil. Elle doit se rendre ce jour-là du côté de la Montérégie pour participer à une annonce de la CAQ.

Ce n’est qu’un problème d’«agenda», assure sa collaboratrice.

Elle reconnaît avoir demandé à Mme Blais de ne pas répondre elle-même à la mairesse, conformément à une consigne, mais s’empresse d’ajouter qu’elle peut et pourra le faire finalement.

Mme Richard nie que la direction du parti cherche à empêcher la candidate de participer à ce débat et précise qu’il y en aura d’autres, de toute façon.

Chez les adversaires de la caquiste, qui ont tous pu lire l’échange de textos, le péquiste Paul St-Pierre Plamondon a sa petite explication sur ce faux bond. Il note que le «désistement» de Marguerite Blais «survient alors que l’un des thèmes du débat est l’intégrité et la lutte contre la corruption» et il souligne qu’elle a reçu du financement corporatif lorsqu’elle était députée libérale — et aussi que lui-même a fait savoir qu’il lui poserait des questions à ce sujet.

Appeler au parti

Tôt samedi matin, avant même de connaître l’existence de ces textos, Le Soleil avait joint Marguerite Blais dans l’espoir de lui parler de différents dossiers «sociaux», dont la réforme de l’aide sociale lancée par le ministre François Blais.

Plus tôt cette année, elle avait laissé entendre au Soleil qu’elle était opposée aux coupes que les prestataires subiront sur leurs chèques s’ils ne s’inscrivent pas à un parcours d’employabilité ou dérogent à leurs engagements.

Cette fin de semaine, Marguerite Blais s’est contentée de répondre «tout à fait» lorsqu’on lui a rappelé que cette réforme l’a agacée. La candidate n’a pas voulu aller plus loin, invitant Le Soleil à appeler au parti.

Lorsqu’elle a été présentée au Salon bleu de l’Assemblée nationale, les élus de la Coalition avenir Québec ont voté en faveur de la réforme de l’aide sociale.

«Si vous me demandez de commenter les Maisons des aînés, ça, ça me fera plaisir, car je pense que ça a été mal compris par plusieurs personnes qui pensent qu’on va mettre à terre tous les CHSLD qui existent. Si vous voulez me parler de ça, OK.» Sinon, il faut appeler au parti.