Gaétan Barrette

Gaétan Barrette veut le Trésor

Gaétan Barrette n’aurait pas accepté à n’importe quel prix de céder sa place à la prétendante Gertrude Bourdon. Le ministre de la Santé a clairement fait savoir à Philippe Couillard qu’il veut, en retour, être à la tête du Conseil du Trésor.

Pierre Arcand occupe actuellement ce poste.

Selon des sources, celle qui était mercredi encore directrice générale du CHU de Québec-Université Laval était déjà en pourparlers avec le ministre de la Santé pour accéder à la haute fonction publique, probablement au poste de sous-ministre. C’est ce qui expliquerait pourquoi Gaétan Barrette a accepté de passer le flambeau de son ministère, qu’il dirige depuis avril 2014.

Le flamboyant ministre aurait toutefois posé ses conditions. Contrairement à ses déclarations publiques depuis l’annonce de la candidature de Gertrude Bourdon dans Jean-Lesage, il n’aurait pas gentiment cédé sa place. En point de presse jeudi, le ministre a répondu aux journalistes qui lui demandaient s’il accepterait un autre ministère: «Je vous répondrai avec le sourire que j’accepterai les fonctions qu’on me confiera.»

En coulisse, il a demandé — et possiblement obtenu — l’assurance de devenir président du Conseil du trésor.

Reste à voir ce qui adviendrait de Pierre Arcand.

Ce n’est pas la première fois que Philippe Couillard tente de déloger son impopulaire ministre. Depuis 2014, Gaétan Barrette a multiplié les critiques à son endroit à cause de sa réforme, imposée à vitesse grand V. Lors de son dernier remaniement ministériel majeur, le 11 octobre dernier, le premier ministre a voulu déplacer M. Barrette en lui proposant le ministère des Transports. 

Le ministre de la Santé a opposé un refus catégorique.

C’est d’ailleurs lors de ce remaniement que Pierre Arcand a été nommé président du Conseil du trésor. 

Cette fois, la perspective de voir son ministère confié à une personne au diapason de ses idées aurait mis Gaétan Barrette dans de meilleures dispositions, de même que la possibilité de tenir les rênes d’un autre ministère prestigieux. À la tête du Trésor, M. Barrette se retrouverait, tel que décrit sur le site du Conseil du trésor, «régulateur et de coordonnateur des négociations dans le secteur de la fonction publique ainsi que dans les réseaux de la santé et des services sociaux, et de l’éducation».

Une fonction qui, globalement, demande du doigté et du tact.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Gaétan Barrette, depuis qu’il est à la tête du ministère de la Santé, ne s’est pas illustré comme un parangon de diplomatie. En décembre, le premier ministre Philippe Couillard a retiré à son ministre de la Santé le mandat de négocier avec les médecins spécialistes. En juillet, les dentistes ont aussi demandé à ce que Gaétan Barrette soit retiré des négociations estimant qu’il était un «obstacle à un règlement», la demande a été refusée par le premier ministre.

Il y a à peine six mois, Philippe Couillard a dû une fois encore réitérer sa confiance en son ministre, tel que l’écrivait ma collègue Patricia Cloutier. ««Il a fait beaucoup de choses positives M. Barrette, pour le réseau de la santé», a soutenu M. Couillard en point de presse, avant de louer sa «force de caractère importante». Le premier ministre ne prévoit «aucun changement» au poste de ministre de la Santé.»

Visiblement, il n’est plus de cet avis.