Manifestation devant la tour de Radio-Canada où se tient le débat des chefs, jeudi.

Débat des chefs: plusieurs centaines de manifestants devant Radio-Canada

MONTRÉAL — Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant les studios de Radio-Canada, jeudi à Montréal, en vue du débat des chefs.

De multiples groupes communautaires ont appelé les partis à investir des sommes accrues et récurrentes pour leurs organisations.

Ils ont aussi réclamé de meilleurs services publics pour une population qui s'appauvrit, avec le slogan «engagez-vous pour le communautaire, engagez-vous pour la justice sociale».

Des écologistes souhaitaient de leur côté interpeller les chefs pour qu'ils signent une déclaration d'urgence climatique, avec comme porte-voix principal le président de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), André Bélisle.

Un peu avant 19 h, le chef péquiste Jean-François Lisée est sorti de la tour de Radio-Canada pour venir serrer la main de M. Bélisle et signer la déclaration.

Manon Massé, de Québec solidaire, avait fait de même, et le chef du Parti vert, Alex Tyrrell, a aussi apposé sa signature.

M. Bélisle disait avoir peu d'espoir d'obtenir des signatures de Philippe Couillard et François Legault.

«L'été dernier, il y a eu une centaine de personnes juste dans la région de Montréal qui sont décédées à cause de la canicule. (...) On a connu la première canicule planétaire, et il y a eu des dizaines de milliers de morts à cause de cela. L'ONU rappelait que les gouvernements n'ont toujours pas respecté les engagements de réduction des gaz à effet de serre», a affirmé en entrevue le président de l'AQLPA.

Aussi, des syndicats étaient bien présents, notamment en réclamant en santé des actions au-delà des promesses. Il y avait les lockoutés de l'Aluminerie de Bécancour, membres du Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, et les travailleurs de TVA, membres du Syndicat canadien de la fonction publique, aussi affilié à la FTQ, qui vivent une négociation difficile.

Le boulevard René-Lévesque a été fermé à la circulation sur environ 700 mètres au centre-ville est.

Les manifestants ont quitté les lieux vers 19h, après environ deux heures de musique et de discours.