La première femme à commander une unité de combat dans l’histoire des Forces armées canadiennes, la brigadier-général Jennie Carignan, a reçu un doctorat honoris causa en administration des affaires.

Une pionnière des Forces armées honorée par l’Université Laval

Jennie Carignan est la plus haute gradée militaire au Québec, et demeure la première femme à commander une unité de combat dans l’histoire des Forces armées canadiennes. L’Université Laval l’a honorée dimanche, en lui remettant un doctorat honoris causa en administration des affaires lors de la collation des grades 2019.

«Je suis extrêmement touchée du geste de l’Université Laval, et en même temps très fière. Comme militaire, on fait beaucoup de travail dans l’ombre, on fait beaucoup de travail de préparation. On n’est pas nécessairement toujours en avant-plan. Et d’être reconnue à l’extérieur du monde militaire, par notre communauté, c’est extrêmement significatif», a-t-elle partagé en entrevue avec Le Soleil. 

Visiblement très émue, Mme Carignan a voulu transmettre aux étudiants finissants, lors de son discours, trois leçons qu’elle a apprises au cours de sa carrière. Elle a d’abord commencé son discours par une histoire, un moment marquant vécu à ses débuts dans les forces militaires, et elle a poursuivi par les réflexions qu’elle en a tiré.

«Premièrement, il faut toujours garder ses outils bien aiguisés, surtout celui entre les deux oreilles, parce que l’on sait jamais quand on va avoir besoin d’une habileté ou d’une connaissance. La deuxième chose, on ne peut jamais prévoir comment une situation va tourner. On se prépare donc du mieux qu’on peut, et ensuite on fait avec ce qui nous est envoyé. Parfois, ça nous force à changer notre plan et nos objectifs en cours de route. Troisièmement, on règle un obstacle à la fois, on règle une chose à la fois et ensuite on passe à la suivante sinon c’est une grande montagne qui se trouve devant nous, et on ne peut pas attaquer une montagne d’un coup.»

Mme Carignan, qui est présentement brigadier-général et commandant de la 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées (Est) et qui dirige pas moins de 10 000 soldats, souhaitait s’adresser aux étudiants en se remettant à leur place, au début de son apprentissage.

«Coup de cœur»

En plus de ses études de deuxième cycle en administration des affaires à l’Université Laval, Mme Carignan est diplômée en génie des combustibles et des matériaux du Collège militaire royal du Canada. Elle est également diplômée du United States Army Command and General Staff College et de la School of Advanced Military Studies, où elle a obtenu une maîtrise en arts et sciences militaires.

«Mme Carignan, c’est le coup de cœur de la Faculté des sciences de l’administration. Avec toute sa carrière, elle aurait pu recevoir un diplôme d’autres facultés, a partagé la rectrice de l’Université Laval Sophie D’Amours. Les grandes qualités, le leadership, de Mme Carignan sont exceptionnelles. Dans les Forces armées, elle a fait sa marque comme personne. Et on reconnaît des gens qui atteignent des sommets extrêmement élevés dans leur carrière, mais on reconnaît avant tout des personnes qui ont une approche humaniste dans leur travail. On veut qu’un plus grand nombre de personnes découvrent cette femme d’exception et s’en inspire.»

Mme D’Amours a ajouté qu’il devenait important pour l’institution de souligner l’importance des Forces canadiennes, notamment en raison de leur intervention lors des graves inondations de ce printemps. 

Au total, 11 000 diplômes seront remis à des finissants de premier, deuxième et troisième cycles cette année. Les cérémonies se déroulent à l’amphithéâtre-gymnase Desjardins, situé dans le pavillon de l’Éducation physique et des Sports (PEPS) de l’Université Laval. 

Outre Mme Carignan, l’Université Laval honore sept autres personnalités exceptionnelles d’un doctorat honoris causa. Les récipiendaires de la première fin de semaine sont la professeure de médecine dentaire à l’Université McGill Jocelyne Sheila Feine, la professeure de sciences infirmières à l’Université d’Utah Janice Morse et l’explorateur et conférencier Bernard Voyer. La semaine prochaine, les projecteurs seront tournés vers la philosophe Catherine Larrère, le géographe Henri Dorion, ainsi que l’honorable Louise Otis, la médiatrice et arbitre en matière civile et commerciale, et l’honorable Margaret Norrie McCain, présidente du conseil d’administration de la Fondation de la famille Margaret et Wallace McCain.