Sébastien Proulx

Une décoration pour valoriser les passionnés d'éducation

EXCLUSIF / Le gouvernement souhaite redorer le blason de ceux qui transmettent le goût d’apprendre, en créant l’Ordre d’excellence en éducation du Québec.

Le Soleil a appris que ces nouvelles décorations sont tout droit inspirées de celles octroyées par l’Ordre national du Québec, qui reconnaît des personnalités d’exception et les décore chevalier, officier ou grand officier. Il s’agit de donner aux enseignants, mais aussi aux chercheurs et autres intervenants qui travaillent en éducation, la plus haute distinction qu’un gouvernement puisse décerner.

L’idée vient du ministre de l’Éducation Sébastien Proulx, qui en fera l’annonce jeudi après-midi à l’Observatoire de la Capitale, en compagnie de la ministre de l’Enseignement supérieur Hélène David.

Dans sa Politique sur la réussite éducative, publiée l’an dernier, le gouvernement disait vouloir octroyer un prix annuel à un enseignant ou à une enseignante qui innove et se démarque. Il a finalement été convenu de donner une valeur plus haute et plus symbolique à ce prix, et d’inclure tous ceux qui se dédient à l’éducation, du préscolaire jusqu’à l’université. 

Ces dernières années, des enseignants québécois se sont démarqués sur la scène internationale. Certains ont reçu des Palmes académiques, décernées par le gouvernement de la France, alors que Maggie McDonnell, une enseignante du Nunavik, a remporté en 2017 le Global Teacher Prize. Elle a été sélectionnée parmi des milliers d’enseignants de partout sur la planète. 

Québec souhaitait donner l’opportunité à ces passionnés de l’éducation de gagner des prix d’abord dans leur province. Un comité de sélection de 10 personnes feront des recommandations aux ministres Proulx et David, qui décerneront les premières décorations de cet ordre avant l’été. 

Valoriser les profs

En entrevue au Soleil en juin dernier, le ministre Proulx avait dit vouloir valoriser la profession enseignante, par une série de «gestes concrets». Huit mois plus tard, la création de cet Ordre représente un premier geste. Le ministre Proulx disait vouloir rehausser la formation initiale à l’université et offrir de la formation continue aux enseignants, mais rien de cela n’a encore été annoncé. 

Le ministre songe aussi à créer un Institut national d’excellence en éducation (INEE), qui colligerait les dernières données scientifiques et les rendrait disponibles pour les enseignants. L’idée de l’INEE ne plaît toutefois pas à certains chercheurs et enseignants, qui croient que l’autonomie du prof pourrait être compromise.