L'Université Laval

Un rapport recommande de faire payer davantage les étudiants étrangers

Les étudiants universitaires étrangers devraient payer davantage pour venir étudier au Québec, recommande un rapport sur le financement des universités.
Ce rapport, signé par Hélène P. Tremblay et Pierre Roy, vient clore l'un des chantiers créés à la suite du Sommet sur l'enseignement supérieur.
Ses auteurs recommandent notamment au gouvernement de hausser la facture des étudiants non québécois et de moduler leurs droits de scolarité en fonction de la discipline et du niveau d'études.
Ainsi, pour un étudiant étranger inscrit au baccalauréat, les droits de scolarité minimum obligatoires seraient d'environ 14690 $ en moyenne, sans compter les sommes additionnelles réclamées selon le domaine d'étude.
Selon le scénario proposé, les économies pour le gouvernement pourraient atteindre 95 millions $ en 2019-2020, soit à la fin de la période de transition. De leur côté, les universités récolteraient 5,8 millions $ additionnels d'ici cinq ans, sans compter les revenus additionnels provenant du déplafonnement des droits de scolarité pour les étudiants étrangers.
Concernant les étudiants français, le rapport recommande que l'exemption accordée soit la même que celle qui existe pour d'autres étudiants étrangers. Lors du passage du président français François Hollande au Québec, début novembre, le premier ministre Philippe Couillard avait toutefois affirmé qu'un «traitement spécifique» serait maintenu pour les étudiants français.
Au cabinet du ministre de l'Enseignement supérieur, Yves Bolduc, on précise que cette recommandation ne fait pas partie des négociations présentement en cours avec la France à ce sujet. Concernant les étudiants étrangers, aucune recommandation n'est écartée, ajoute-t-on.
Le ministre Bolduc a par ailleurs annoncé vendredi la création d'un comité visant à mettre en oeuvre «certaines» des recommandations de ce rapport, qui concerne l'ensemble de la formule de financement du réseau universitaire d'ici 2016-2017