Le projet d’école numérique serait inspiré de l’école 42, à Paris. Cette école non conventionnelle est ouverte sept jours sur sept, 24 heures sur 24.

Un projet d’école numérique sans enseignant

Le ministère de l’Éducation est ouvert à l’idée de créer à Québec une école pour programmeurs informatiques qui ne compterait aucun enseignant.

Le Soleil a appris qu’une subvention de 75 000 $ a été versée à l’organisme sans but lucratif Québec numérique afin qu’il développe ce projet dans la capitale.

Le modèle serait inspiré de l’école 42, à Paris. Cette école non conventionnelle est ouverte sept jours sur sept, 24 heures sur 24. En plus des ordinateurs, elle offre toute une série d’outils numériques et d’espaces de travail pour que les jeunes de 18 à 30 ans qui la fréquentent apprennent par eux-mêmes et avec leurs collègues. 

Au lieu de suivre un cours donné par un enseignant, les élèves progressent à leur rythme avec des modules d’apprentissage qui s’apparentent aux niveaux d’un jeu vidéo. Les premiers projets qu’ils arrivent à compléter permettent d’en débloquer d’autres, et ainsi de suite. 

Cette école est gratuite et n’exige pas de prérequis. Même si le 42 ne décerne pas de diplôme, ses étudiants trouvent très facilement du travail en France après leurs parcours d’environ trois ans. 

Le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx aurait été agréablement surpris par les façons de faire du 42, lorsqu’il a visité l’école l’automne dernier. 

Aucune date d’ouverture n’est encore évoquée pour la version québécoise de ce type d’école, car il s’agit d’un projet embryonnaire pour Québec numérique. L’organisme prévoit toutefois être en mesure d’élaborer un plan d’affaires et un montage financier d’ici quelques mois. La clientèle visée serait les jeunes du secondaire ou les jeunes adultes sans diplôme.

Formation mal adaptée 

Dans sa présentation au ministère, l’organisme précise que la formation québécoise en technologie de l’information est «mal adaptée» à la génération actuelle et aux besoins de l’industrie.  

Québec numérique est aussi préoccupée par le taux de décrochage chez les jeunes. «Malheureusement, on laisse de côté trop de jeunes qui ont du potentiel, mais qui ne cadrent pas dans le moule scolaire traditionnel», écrit-il dans sa présentation au ministère de l’Éducation. 

L’organisme précise que le Québec forme chaque année 850 techniciens en informatique, alors que 6500 emplois sont offerts dans le domaine chaque année. 

Québec numérique a aussi obtenu une subvention de 150 000 $ pour organiser une première Semaine numérique à l’école en 2019, dans les établissements primaires et secondaires de Québec et de Chaudière-Appalaches. 

Cette Semaine numérique est inspirée par l’événement Web à Québec (WAQ Junior) et initiera les jeunes de 10 à 14 ans à des notions comme l’éthique sur les médias sociaux, la robotique, la programmation ou la citoyenneté numérique.