Connu notamment pour sa classe-musée abritant une vingtaine d'aquariums et une centaine d'animaux naturalisés, Yvan Girouard est d'avis que c'est sa passion pour son travail qui a toujours fait son succès auprès des élèves.

Un des meilleurs profs au monde se trouve à... Lévis!

Un enseignant de science et technologie de Lévis vient d'être désigné comme un des 50 professeurs d'exception de la planète par la prestigieuse Fondation Varkey.
Le travail de Yvan Girouard avait déjà été reconnu, au printemps, par le premier ministre Justin Trudeau, qui avait fait de lui l'un des 10 lauréats du prix canadien pour l'excellence dans l'enseignement. La réputation de l'enseignant de science et technologie de l'école Les Etchemins, à Lévis, vient cependant de franchir les frontières du pays. 
La Fondation Varkey a dévoilé, mercredi, sa liste de 50 finalistes au Global Teacher Prize, remis annuellement à un enseignant d'exception dans le monde ayant eu une contribution extraordinaire dans sa profession. Le prix est assorti d'une bourse d'un million de dollars américains. Yvan Girouard était, de son propre aveu, le premier surpris de voir son nom dans la liste étoilée. 
«Je ne m'attendais vraiment pas à ça. Surtout quand on regarde les autres nommés. Il y a des professeurs d'universités prestigieuses et des enseignants qui ont créé des programmes repris dans plusieurs pays», a admis au Soleil l'enseignant de Lévis, qui a été encouragé par le directeur de l'école Les Etchemins à soumettre sa candidature. Ils étaient plus de 20 000 à travers le monde à l'avoir fait, cette année, en provenance de 179 pays. 
Classe toujours ouverte
Connu notamment pour sa classe-musée abritant une vingtaine d'aquariums et une centaine d'animaux naturalisés, Yvan Girouard est d'avis que c'est sa passion pour son travail qui a toujours fait son succès auprès des élèves. «Je donne du temps à l'école. Mon local de science est toujours ouvert, tous les midis, même pour les élèves que je ne connais pas. Je passe quasiment plus de temps là que chez moi. En 21 ans d'enseignement, les élèves m'ont toujours dit que j'étais passionné.»
Si 2016 aura été une année de reconnaissance pour lui, celui qui enseigne en 4e secondaire assure qu'il a surtout la chance d'avoir «de bons élèves», qui le suivent dans ses projets. Il souligne que 11 de ses élèves ont remporté des prix dans des concours canadiens de science au cours des cinq dernières années. 
Finale à Dubaï
De 50, la liste des finalistes au Global Teacher Prize sera réduite à 10, dans les prochains mois, lesquels seront conviés à Dubaï, le 19 mars, pour le dévoilement du gagnant. Sans se faire d'attentes, Yvan Girouard se réjouit de pouvoir créer des contacts avec les autres finalistes, un peu partout dans le monde. Il met même ses élèves à contribution pour rédiger des messages en anglais et en espagnol avec les autres membres du top 50, qui compte 37 nationalités différentes. 
Si jamais il en venait à gagner le grand prix et le million y étant associé, le Québécois a déjà décidé qu'il le diviserait en 10 lots de 100 000$ avec les neuf autres finalistes. Il a une foule d'idées de projets à mettre sur pied dans les écoles primaires et secondaires avec son montant. 
Deux autres enseignants canadiens figurent dans les 50 finalistes dévoilés par la Fondation Varkey, soit Armand Doucet, de l'école secondaire Riverview, au Nouveau-Brunswick, et Maggie McDonnell, de l'école Ikusik de Salluit, au Nunavik.