L'école secondaire l'Odyssée

Transfert d'élèves à Val-Bélair : une centaine de plaintes contre deux commissaires

Le transfert d'élèves du primaire à l'école secondaire l'Odyssée à Val-Bélair continue de faire des vagues. Des centaines de plaintes ont été déposées à la commission scolaire de la Capitale pour dénoncer la décision et le comportement de deux commissaires du secteur qui auraient failli à leurs devoirs démocratiques en refusant de se mouiller.
Le Collectif des parents pour une offre scolaire complète à Val-Bélair ne digère toujours pas que le conseil des commissaires ait décidé, le 21 janvier, d'aller de l'avant avec le projet de la commission scolaire de déménager les élèves du troisième cycle des écoles primaires Jules-Émond, Amédée-Boutin et l'Orée-des-Bois à l'école secondaire l'Odyssée.
Cette solution a été trouvée pour répondre à un problème de surpopulation des établissements du secteur, alors que le ministère de l'Éducation a refusé à quelques reprises d'autoriser la construction d'une nouvelle école en raison des places toujours disponibles à l'Odyssée.
Mais ce qui choque encore plus les parents dans ce dossier est l'inaction des commissaires Marlène Schiff et Line Godin, qui représentent respectivement Val-Bélair Sud et Nord, soit les territoires concernés par le transfert. Selon le porte-parole du Collectif, Jonathan Houle, les deux femmes ont refusé de rencontrer les parents pour entendre leurs doléances, alors que certains de leurs collègues, qui ne sont pas directement concernés dans cette affaire, l'ont fait. Pourtant, dénonce-t-il, elles avaient «l'obligation légale et déontologique» de prendre en compte «les préoccupations de leurs citoyens et d'en faire part à la commission scolaire».
C'est 111 plaintes au total qui ont été déposées auprès de la commission scolaire de la Capitale en vertu de la Loi sur l'instruction publique. Il s'agit d'un volume important, selon le secrétaire général et directeur de l'information et des communications, Érick Parent. «Je vais lire attentivement les motifs de tous et chacun», promet-il, ajoutant qu'il allait traiter les requêtes «selon les règles établies».
Par ailleurs, cinq d'entre elles dénoncent l'absence de parents dans le comité pédagogique formé de 13 personnes pour assurer que la transition d'élèves du primaire dans un établissement secondaire se fasse sans heurts. À cet égard, M. Parent assure que le comité rend des comptes au conseil d'établissement des écoles concernées et que, conséquemment, les parents sont au parfum de ses activités.