L'école secondaire Quebec High School fait partie de la commission scolaire anglophone Central Québec, qui perçoit des taxes plus élevées qu'ailleurs dans la région de Québec.

Taxes scolaires: l'écart se creuse entre anglos et francos

L'écart de taxes entre les commissions scolaires francophones et la commission scolaire anglophone Central Québec (CSCQ) continue de se creuser à Québec. Certains contribuables anglophones recevront une facture deux fois plus élevée que leurs voisins pour la rentrée.
«C'est une iniquité, une injustice et on demande une intervention rapide du ministère de l'Éducation dans ce dossier», commente Stephen Burke, président de la CSCQ. Sachant très bien que les taxes qu'elle perçoit sont plus élevées qu'ailleurs dans la région de Québec, la commission scolaire a vu cette année 200 contribuables anglophones la quitter et demander de payer leurs taxes dans une des commissions scolaires francophones voisines. Ce qui crée une pression financière encore plus grande pour la CSCQ.
Selon la loi actuelle, les citoyens ont le droit d'effectuer ce transfert s'ils n'ont pas d'enfant en âge de fréquenter l'école primaire ou secondaire. 
Selon M. Burke, la problématique dans laquelle sa commission scolaire est plongée découle de la fin de la péréquation, que le gouvernement a décrété il y a cinq ans. Il a rencontré le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx au cours des derniers mois pour lui faire part de la situation et lui demander de trouver une solution rapidement. M. Burke aimerait qu'un taux de taxation régional soit imposé à Québec. 
À Montréal, un taux de taxation uniforme est déjà en vigueur. La région de l'Outaouais vit quant à elle la situation inverse : ce sont les commissions scolaires francophones qui imposent les taxes les plus élevées et qui voient leurs contribuables déserter. 
Le ministre Proulx a soutenu en juillet que le gouvernement est «en réflexion» sur cette problématique. Le ministère de l'Éducation a soumis des scénarios au ministère des Finances, qui en fait l'analyse. Selon M. Proulx, une telle opération aurait «des coûts pour les contribuables» et doit passer par un changement à la loi. «C'est pas en claquant des doigts que ces choses-là peuvent arriver», admet-il. 
Dans les commissions scolaires des Découvreurs, de la Capitale, des Premières-Seigneuries et des Navigateurs, les hausses de taxes se situent entre 1 % et 2 %. Les commissions scolaires ont pour la plupart ajusté à la baisse leurs taux de taxes afin de compenser pour la hausse de la valeur des résidences. Partout, les commissaires soulignent les réinvestissements en services directs aux élèves qui sont faits cette année, en raison de l'argent frais qui provient du ministère de l'Éducation.
***
Compte de taxes scolaires pour une maison de 300 000 $
• Central Quebec : 940 $
• Navigateurs : 678 $
• Premières-Seigneuries : 670 $
• Capitale : 604 $
• Découvreurs : 401 $
Source : taux de taxation adoptés par les commissions scolaires pour l'année 2017-2018