Réforme scolaire: corrections réclamées

La controversée réforme de l'éducation a fait couler beaucoup d'encre et elle n'a pas fini de faire jaser. Un rapport du ministère de l'Éducation recommande d'y apporter des correctifs, puisque la formation ne répond que partiellement aux attentes.
Le ministère de l'Éducation vient de rendre public un avis du comité-conseil sur les programmes d'études, qui s'est chargé d'évaluer la réforme mise en place au deuxième cycle du secondaire, c'est-à-dire en quatrième et cinquième secondaire. Le comité s'est penché sur la qualité de la formation offerte tout en se demandant si la mise en place des nouveaux programmes représente un défi «réaliste».
Verdict? Le rapport fait état «d'améliorations importantes par rapport à l'ancien programme». L'ensemble de la formation a été revu, et de nouveaux cours sont apparus dans la grille-matière, comme Monde contemporain, qui est venu remplacer le cours d'économie de cinquième secondaire. La diversification des parcours, dont un profil davantage axé sur l'emploi, permet d'orienter des jeunes vers des formations professionnelles dès l'âge de 15 ans, rappelle-t-on.
Mais selon le comité-conseil, la réforme au secondaire n'a pas atteint «un des principaux objectifs fixés au départ», puisque la grille-matière «laisse peu de place à l'élargissement de la plage à options», qui est plutôt «restreinte». Afin de mieux répondre aux besoins des élèves, l'école devrait être en mesure d'offrir davantage de choix de cours.
Par ailleurs, l'intégration des technologies de l'information demeure encore «trop timide», selon ce rapport. «Plusieurs défis restent à relever» en matière d'évaluation, d'intégration des apprentissages et de liens interdisciplinaires, si bien que le programme ne répond «qu'en partie aux attentes exprimées au regard d'une formation adaptée aux nouvelles réalités du XXIe siècle», peut-on lire. Certains programmes devraient faire l'objet d'un «suivi attentif».
Le comité-conseil recommande par ailleurs de procéder à une «adaptation continue» de la formation, afin d'éviter de réécrire complètement les programmes tous les 15 ans.
Jargon, quand tu nous tiens...
Au fil des ans, les enseignants et les intervenants du réseau scolaire se sont habitués à la prose des fonctionnaires du ministère de l'Éducation. Mais pour les non-initiés, il est facile d'en perdre son latin. Voici un extrait de l'avis du comité-conseil sur les programmes d'études, publié sur le site du Ministère.
«Le Comité-conseil apprécie le rehaussement du contenu de formation des programmes d'études et croit que la progression des apprentissages peut suivre l'évolution des concepts, tout en évitant le retour à un contenu descriptif très détaillé. À son avis, il s'agit de trouver un juste équilibre favorisant une progression concentrique ou spiralée des apprentissages, dans un contexte de développement des compétences.» Que dire de plus?...