Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Actuellement, rien n’empêche des collèges entièrement privés d’ouvrir des programmes spécialisés concurrents dans des grands centres qui finissent par dépouiller de leur clientèle des établissements collégiaux en région.
Actuellement, rien n’empêche des collèges entièrement privés d’ouvrir des programmes spécialisés concurrents dans des grands centres qui finissent par dépouiller de leur clientèle des établissements collégiaux en région.

Québec pourrait protéger les cégeps en région et sévir contre les collèges privés

Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Le gouvernement Legault pourrait rouvrir la loi pour mieux protéger les cégeps en région et sévir contre des établissements privés.

L’enjeu est notamment l’exclusivité de certains programmes spécialisés dans des collèges. Mais également, le gouvernement pourrait rouvrir la loi afin de serrer la vis aux collèges privés qui recrutent à gros prix des étudiants à l’étranger.

Actuellement, rien n’empêche des collèges entièrement privés d’ouvrir des programmes spécialisés concurrents dans des grands centres qui finissent par dépouiller de leur clientèle des établissements collégiaux en région.

À la période de questions, mercredi, le député péquiste Sylvain Roy a déploré que les cégeps en région n’avaient reçu que 41 millions $ par rapport aux 100 millions $ du collège Dawson à Montréal.

Il a demandé à la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, un meilleur financement et une meilleure protection des cégeps régionaux .

«Où est l’équité? Pour soutenir les cégeps en région, ça prend des investissements, mais surtout des programmes exclusifs. La ministre peut-elle s’engager à garantir des programmes exclusifs aux cégeps des régions afin d’emplir les salles de classe dans les régions au lieu d’ajouter ces campus à Montréal pour vider les régions du Québec?»

Mme McCann a fait savoir qu’elle avait rencontré 12 cégeps de régions plus éloignées afin d’aborder la question des programmes nécessitant justement que des étudiants partent des grands centres pour étudier dans les cégeps en région.

«On va se pencher aussi sur la question de l’exclusivité des programmes. C’est une question qui n’est pas résolue à ce moment-ci. Ça demanderait probablement un changement à la loi.»

Tout est sur la table en ce qui a trait aux moyens et mécanismes à mettre en place, a précisé une porte-parole du cabinet de la ministre.

En vertu des règles actuelles, la ministre ne peut empêcher un établissement privé de lancer un programme concurrent d’un autre d’un cégep en région, a-t-elle poursuivi.

Il faudrait donc des modifications législatives qui donneraient plus de pouvoirs à la ministre.

Resserrer les règles des collèges privés

En outre, le gouvernement en profiterait pour resserrer les règles concernant les collèges privés qui recrutent des milliers d’étudiants à l’étranger, notamment en Inde, en leur faisant payer des droits de scolarité très élevés.

«On regarde tout le portrait des collèges privés non subventionnés», a conclu la porte-parole de la ministre.