L'intention du ministre de l'Éducation est de couper de moitié le cours Monde contemporain, une matière obligatoire pour tous les élèves de 5e secondaire, afin de faire de la place à des notions de finances personnelles.

Placer l'éducation financière ailleurs

D'accord avec le nouveau cours d'Éducation financière, une coalition d'enseignants demande au ministre Sébastien Proulx d'être créatif dans sa façon de l'implanter. Elle propose de trouver du temps ailleurs dans l'horaire, afin de ne pas amputer de moitié le cours Monde contemporain.
Attentats, réfugiés, accords de libre-échange, bourse du carbone: ces thèmes d'actualité sont analysés et décortiqués en Monde contemporain, une matière obligatoire pour tous les élèves de 5e secondaire. L'intention du ministre de l'Éducation est de couper de moitié ce cours, qui passera de 100 à 50 heures, afin de faire de la place à 50 heures de notions de finances personnelles: gérer une carte de crédit, un budget, un bail, etc.
«C'est un cours qui est très pertinent aujourd'hui et qui est super apprécié des élèves. On pense que le couper, c'est affaiblir leur formation générale. Ça affaiblit la valeur du diplôme», juge Daniel Rouillard, enseignant en univers social et co-porte-parole de la coalition pour la défense du cours Monde contemporain. Cette coalition, née il y a environ un mois, regroupe différents pédagogues et experts en enseignement. «On n'est pas une organisation syndicale», précise M. Rouillard. 
Les membres de la coalition sont «en colère» parce qu'ils n'ont pas été consultés et prient le ministre de l'Éducation de ne pas agir dans l'urgence, afin de placer le cours d'Éducation financière au meilleur endroit possible dans la grille-matières. «Là, ce qui est proposé, c'est galvaudé, c'est tout croche. Un moratoire d'un an permettrait de discuter de tous les scénarios», soutient M. Rouillard. 
Plus tôt au secondaire
L'un de ces scénarios serait de donner le cours d'Éducation financière en 3e secondaire, parce que chaque année, environ 10 000 élèves ne se rendent pas jusqu'en 5e secondaire: soit ils vont vers la formation professionnelle, vers d'autres types de diplôme ou décrochent de l'école. «Il ne faudrait pas échapper ces jeunes-là, parce que financièrement, ce sont eux qui vont être serrés à l'âge adulte. Ils devront faire de bons choix financiers et n'auront pas droit à l'erreur» plaide Yvan Émond, vice-président à l'Association québécoise pour l'enseignement en univers social.
Pour M. Rouillard, apprendre aux jeunes à payer leur compte de cellulaire chaque mois serait très pertinent en 3e secondaire, parce que plusieurs en possèdent déjà un à cet âge. 
Autre possibilité: prendre les 50 heures dédiées à un projet intégrateur, en 5e secondaire, et les transformer en cours d'Éducation financière. Ce projet intégrateur - une idée de la réforme implantée il y a 8 ans - amène le jeune de 16 ans à faire un projet à son goût en fin de parcours. Certaines écoles l'enseignent encore, tandis que d'autres ont décidé de donner plus de temps à la matière de leur choix. 
La coalition se demande aussi pourquoi le ministre est si pressé dans ce dossier-là, alors qu'il prépare sa politique sur la réussite éducative, et qu'il a déjà annoncé son intention de revoir le cours d'Éthique et culture religieuse, qui prend beaucoup de place dans l'horaire, du début du primaire jusqu'à la fin du secondaire. «Il pourrait y avoir du temps à dégager là-dedans ou dans les cours optionnels», plaide M. Rouillard. 
La coalition se demande si le ministre a pris en compte le fait que le programme de mathématiques en 5e secondaire vient d'être revu pour intégrer des notions de budget et d'épargne. «Il faudra s'assurer qu'on n'enseigne pas deux fois la même chose», avertit M. Rouillard. 
Le ministre Proulx a déposé le 2 mars son projet de règlement pour faire en sorte que le cours d'Éducation financière soit enseigné dès septembre prochain. Les délais sont si serrés que la période de consultation a été écourtée, passant de 45 à 20 jours. Dans son règlement, le ministre laisse les écoles libres d'ajouter la moitié amputée du cours Monde contemporain dans les cours à option.
Pistes de solution pour intégrer le cours d'éducation financière
› L'enseigner en 3e secondaire, pour rejoindre tous les élèves.
› Revoir le temps consacré au cours d'Éthique et de culture religieuse.
› Utiliser les 50 heures dédiées à un projet intégrateur en 5e secondaire.
› Piger dans les heures dédiées aux cours optionnels.
Source: Coalition pour la défense du cours Monde contemporain
En un mot
Monde contemporain › Cours axé sur l'actualité internationale qui prépare les élèves, en tant que citoyens responsables, à la délibération sociale. Cinq thèmes y sont traités: environnement, population, pouvoir, richesse, tensions et conflits.
Source: Programme du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur (MEES)