Nouveau Centre de valorisation à l’UL: prêt à accueillir des milliards de données [VIDÉO]

L’Université Laval a inauguré, mercredi, son nouveau Centre de valorisation des données. À la fine pointe de la technologie, ce Centre pourra accueillir des milliards de données de chercheurs, d’entreprises et d’organisations gouvernementales.

«On parle d’une capacité de centaines de pétabits. C’est monstrueux, mais quand on travaille dans le domaine de l’intelligence artificielle ou qu’on travaille sur des données massives, ça nous prend cette capacité-là. C’est difficile d’imaginer ce que ça peut représenter», a souligné René Lacroix, vice-recteur adjoint à l’administration.

Le nouveau Centre de valorisation offrira un accès simple et direct aux outils et aux fonctionnalités de collecte, de stockage et de traitement des données massives avec l’aide d’une équipe spécialisée en données. 

«C’est un tremplin qui va nous propulser dans nos capacités de recherche. On va pouvoir aller puiser dans toute la valeur des données pour prendre de meilleures décisions et accompagner les découvertes dans tous les domaines», s’est réjouie la rectrice l’Université Laval, Sophie D’Amours. 

Bâtiment sécuritaire et écologique 

Selon M. Lacroix, le bâtiment est totalement sécuritaire. «L’environnement est complètement fermé. Des appareils ont été installés pour couper toutes attaques externes», a-t-il assuré. 

M. Lacroix a insisté également sur le protocole mis en place pour éviter un vol de données à l’interne. «Qui a accès aux données? De quelles façons? Ce sont des éléments sur lesquels on travaille très fort. On est capable de monitorer qui accède à l’information et de quelle manière.»

La salle de serveurs aussi est logée dans un environnement résistant aux pannes. Les infrastructures matérielles et logicielles ont été construites autour d’une architecture Agile pouvant répondre à diverses contraintes liées à des projets de natures différentes et permettre aux projets d’évoluer au fil des besoins.

Enfin, la construction du Centre s’appuie sur des principes de développement durable. L’université peut par exemple, récupérer la chaleur pour chauffer d’autres immeubles du campus. 

Ce projet a été financé à hauteur de 21,5 millions $ par les gouvernements du Québec et du Canada, par l’entremise du programme fédéral du Fonds d’investissement stratégique (FIS) pour les établissements postsecondaires.