Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Selon le ministre du Travail Jean Boulet, cette initiation correspond parfaitement aux efforts du gouvernement pour rehausser les compétences des travailleuses et des travailleurs.
Selon le ministre du Travail Jean Boulet, cette initiation correspond parfaitement aux efforts du gouvernement pour rehausser les compétences des travailleuses et des travailleurs.

Mobilisation des cégeps pour offrir des programmes aux gens sans-emploi

La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
MONTRÉAL — Onze cégeps du Montréal métropolitain se mobilisent pour offrir des programmes de perfectionnements crédités de courte durée pour venir en aide rapidement à la population québécoise sans emploi en raison de la pandémie.

Le Regroupement des cégeps de Montréal (RCM) a lancé cette initiative vendredi matin lors d'une conférence de presse virtuelle.

Vingt-sept nouvelles formations «permettront aux personnes qui ont perdu temporairement leur emploi de se perfectionner et de mettre à jour leurs compétences afin de suivre l'évolution de leur profession», peut-on lire dans le communiqué de presse envoyé par le RCM.

Financés à hauteur de 1,9 M$ par le gouvernement du Québec, les programmes porteront sur une variété de secteurs comme le marketing numérique, la transformation des aliments, l'administration, la gestion et plusieurs autres.

Dans l'élaboration des programmes, le RCM affirme avoir tenu compte des secteurs les plus affectés par la pandémie.

«Par la création de ces nouveaux perfectionnements, le Regroupement des cégeps de Montréal veut venir en aide aux centaines de milliers de personnes qui ont perdu leur emploi durant la crise en leur permettant de retourner rapidement sur le marché de travail», a fait valoir Nathalie Vallée, présidente du Regroupement des cégeps de Montréal.

Selon le ministre du Travail Jean Boulet, cette initiation correspond parfaitement aux efforts du gouvernement pour rehausser les compétences des travailleuses et des travailleurs.

«Il s'agit par ailleurs d'un changement de culture que nous devons opérer collectivement, soit celui de la formation continue tout au long de la vie professionnelle. Il est aussi important que les employeurs puissent continuer à forger un marché du travail fort et résilient», a indiqué le ministre Boulet dans un communiqué de presse.

Ces formations de perfectionnements sont admissibles au Programme d'aide à la relance par l'augmentation de la formation (PARAF), donc ceux qui les suivent pourraient être admissibles à une allocation de 500 $ par semaine pendant leur formation.

Le RCM fait valoir que plusieurs des formations permettront de répondre «à la pénurie de main-d'œuvre dans le secteur manufacturier, ainsi qu'aux besoins des secteurs du commerce de gros et du commerce de détail, qui ont amorcé un important virage numérique».

La ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, a tenu à souligner la collaboration entre les différents établissements collégiaux de la région de Montréal.

« À terme, c'est toute la société qui profitera de cette collaboration », a indiqué la ministre McCann.

Certaines formations seront offertes en français et d'autres, en anglais et l'enseignement se fera en classe virtuelle, en formule hybride et/ou en présentiel, selon un communiqué du RCM.