-

L'Université Laval songe à former des maîtres brasseurs

L'initiative des étudiants derrière Brassta a tout pour plaire à la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation, qui aimerait pouvoir offrir une formation de maître brasseur à l'Université Laval, affirme Jean-Claude Dufour, doyen de la faculté.
«C'est dans la vision facultaire de pouvoir établir une base de formation pour desservir l'industrie brassicole», indique M. Dufour, soulignant qu'un tel programme n'est à peu près pas offert en dehors de l'Europe. La popularité sans cesse croissante des microbrasseries au Québec n'est d'ailleurs pas étrangère à cet intérêt.
Le doyen croit que l'installation d'une salle de brassage à même le campus serait bénéfique non seulement pour développer une expertise chez les étudiants, mais aussi pour favoriser la recherche. «Le but est de permettre aux étudiants de se faire la main. C'est dans un objectif d'apprentissage avant tout», souligne M. Dufour, qui rappelle que Brassta est d'abord un projet étudiant. Les installations actuelles «incomplètes et artisanales», aux dires du doyen, servent avant tout dans le cadre des cours, mais le comité brassicole a l'autorisation de les utiliser.
«Même si on avait le permis de brassage, on demeurerait dans le cadre d'un projet, puisqu'il y a un roulement d'étudiants, insiste M. Dufour. Notre objectif n'est pas commercial et doit rester accroché à quelque chose qui est de nature universitaire, qui s'inscrit à l'intérieur de la mission et des règlements de l'université. La limite serait que la bière soit vendue au Pub ou lors de matchs du Rouge et Or. À date, on ne serait même pas capable de fournir lors d'une seule partie de football. Ça serait déjà gros, ça, pour nous.»
Le doyen a indiqué que «ça fait au moins trois ans qu'on demande un permis de brassage à la Régie [des alcools, des courses et des jeux]. Il n'y a pas eu d'ouverture, mais on continue d'espérer».
Vérification faite auprès de la Régie : la responsable des communications, Me Joyce Tremblay, a mentionné au Soleil qu'une demande avait été soumise en janvier 2010 pour Brassta, mais qu'elle avait été rejetée parce qu'une association étudiante n'est pas considérée comme une personne (physique ou morale) au sens de la Loi sur la Société des alcools du Québec, et que seule une «personne» peut obtenir la délivrance de ce type de permis.
Aucune autre demande provenant de l'Université Laval n'a été signalée, a révélé Me Tremblay.