Les cours auront lieu aujourd'hui au Cégep Garneau, tout comme dans les autres cégeps, les professeurs ayant reçu l'ordre de la Commission des relations du travail de fournir leur prestation normale de travail.

Les profs des cégeps Garneau et Limoilou disent oui à la grève

Les professeurs des cégeps Garneau et Limoilou se joindront au mouvement de grève des 400 000 employés de l'État, eux qui ont respectivement voté à 73 % et à 75 % en faveur de six jours de grève rotative à exercer avec le front commun.
Cégep Limoilou
Les premiers, réunis en assemblée générale jeudi après-midi, étaient 330 à voter. Au Cégep Limoilou, ils ont été 235 à s'exprimer mercredi soir.
«Les enseignants sont tannés de subir des compressions», a résumé le président du syndicat des enseignants du Cégep Limoilou, Alain Michaud, ajoutant que les conditions salariales n'avaient cessé de se détériorer ces dernières années.
«On a perdu 7 % de pouvoir d'achat depuis les cinq dernières années et on nous propose un autre 7,5 %, ce qui correspond à une perte de 15 % de notre pouvoir d'achat. Elle est difficile à avaler dans le corps enseignant», dit M. Michaud.
Au sectoriel, poursuit-il, «les gens qui négocient ne sont pas au courant de nos conditions et ne font pas preuve de beaucoup d'écoute». «Pour le gouvernement, l'analyse de l'environnement externe, ça n'existe pas. Il ne fait que se regarder le nombril», déplore M. Michaud.
Les professeurs du Collège Garneau n'ont pas digéré non plus l'offre globale du gouvernement. «Ça nous rentre dedans, le ras-le-bol est clair», a commenté le président du syndicat, Pierre Mercure, précisant que les professeurs en avaient notamment contre la plus grande mobilité géographique qui leur est exigée et «les atteintes majeures» à l'obtention de la permanence et à l'autonomie des établissements d'enseignement supérieur.