Pour dénoncer les nouvelles compressions dans les cégeps, des professeurs ont manifesté, vendredi, devant les bureaux de Québec du ministère de l'Éducation.

Les professeurs de cégeps «complètement découragés»

Des profs de cégep ont manifesté vendredi midi, devant les bureaux du ministère de l'Éducation, pour dénoncer haut et fort les nouvelles compressions imposées au réseau collégial.
Les directeurs généraux des 48 cégeps ont appris mercredi qu'ils devront composer avec des coupes de 19 millions $ pour 2014-2015, qui s'ajoutent aux 22 millions $ déjà annoncés.
«On est complètement découragés. Pour nous, c'est clair, net et précis: les services aux étudiants seront directement touchés», a lancé Mario Beauchemin, co-porte-parole de l'Alliance des syndicats des professeurs de cégep (ASPPC). Ce dernier considère qu'on «met en péril la mission première des cégeps qui est la réussite étudiante», puisque les étudiants qui sont les plus vulnérables n'auront plus autant de services en psychologie, en orthopédagogie ou en éducation spécialisée.
Ces compressions se traduiront forcément par des pertes d'emplois qui ne feront qu'aggraver le bilan économique du gouvernement Couillard, ajoute sa collègue, Nicole Lefebvre. Les profs de cégeps considèrent, comme les directeurs généraux des établissements, qu'il «n'y a plus de gras à couper» dans le réseau collégial.
Les syndicats considèrent par ailleurs qu'avec ces coupes additionnelles, le ministre de l'Enseignement supérieur, Yves Bolduc, amorce la prochaine ronde de négociations par la confrontation. Les profs, dont la convention collective arrive à échéance le 31 mars 2015, promettent un printemps chaud. «On se prépare pour la guerre», a lancé M. Beauchemin.