La clientèle de l'école Jean-Paul II, qui comptait près de 300 élèves à ses belles années, ne cessait de décroitre depuis 2008, a signalé le président du conseil d'administration, Philippe Dumont.

L'école secondaire Jean-Paul II de Baie-Comeau doit fermer

L'école secondaire privée Jean-Paul II de Baie-Comeau doit jeter l'éponge. Incapable d'amasser 300 000 $ pour boucler l'année financière 2015-2016, le conseil d'administration de l'établissement a annoncé ce lundi que l'école fermera ses portes le 30 juin, après 30 ans d'activité.
La clientèle de l'école Jean-Paul II, qui comptait près de 300 élèves à ses belles années, ne cessait de décroitre depuis 2008, a signalé le président du conseil d'administration, Philippe Dumont. Il y avait moins de 90 élèves répartis dans les cinq niveaux en 2015-2016.
Le conseil a lancé au printemps 2015 une campagne spéciale de financement pour trouver les 300 000 $ nécessaires à l'atteinte de l'équilibre budgétaire. Toutefois, ni l'argent ni le nombre d'inscriptions souhaité (25) n'étaient au rendez-vous. «Nous avions prévu une diminution des inscriptions en raison d'un creux démographique chez les 12-17 ans. Nous n'avions toutefois pas anticipé que ça coïnciderait avec un contexte économique défavorable», a signalé M. Dumont.
Pour sa part le maire Claude Martel, pour qui cette fermeture est «une grande déception», croit qu'outre la baisse démographique et le contexte économique difficile, il y a aussi la compétition qui a fait mal à l'école Jean-Paul II. La commission scolaire de l'Estuaire a grandement amélioré son offre éducative dans ses deux polyvalentes de Baie-Comeau au cours des dernières années, a-t-il souligné. De plus, le programme sports-études en hockey a migré de Jean-Paul vers la poly des Baies l'an dernier.
La Ville de Baie-Comeau avait déjà fait sa part pour venir en aide à la seule école privée de la municipalité, malgré les protestations de certains citoyens. Elle avait accepté d'éponger la facture d'électricité de l'école pour 2015-2016, une facture d'environ 55 000 $. L'école créait une douzaine d'emplois.