«Ça nous met vraiment dans une position de vulnérabilité» - Denis Brière, recteur de l'Université Laval

Le recteur Brière à Baie-Saint-Paul pour annoncer une chaire en tourisme

La création d'une chaire en partenariat sur l'attractivité et l'innovation en tourisme sera confirmée à Québec demain après-midi... sans le recteur Denis Brière, qui se rendra plutôt à Baie-Saint-Paul en matinée pour en faire l'annonce.
C'est la vice-rectrice à la recherche et à la création de l'Université Laval, Sophie d'Amours, qui représentera la direction de l'établissement lors de l'annonce qui aura lieu à 14h au Complexe Capitale Hélicoptère en compagnie du professeur au Département de géographie et responsable du projet, Laurent Bourdeau, et du ministre de la Capitale-Nationale, Sam Hamad.
Le recteur Brière fera la même annonce avec les mêmes personnes à 10h à l'Hôtel La Ferme de Baie-Saint-Paul. 
Pourquoi Baie-Saint-Paul plutôt que Québec? À l'Université Laval, on explique que c'est une question d'horaire, que celui-ci est prévu depuis deux mois et qu'il y a deux annonces par respect pour les médias de Charlevoix et les partenaires de la région.
La direction de l'Université Laval est plongée dans une controverse à la suite de la bonification des conditions d'après-mandat des hauts dirigeants, qui sera au moins trois fois plus coûteuse que l'estimation qu'en avait faite en février le président de son conseil d'administration, John Porter, apprenait-on mercredi.
Les chiffres révélés en primeur par le FM93 et obtenus par Le Soleil font état d'une amélioration de 1,4 million $ sur six ans des conditions d'après-mandat du recteur, de quatre vice-recteurs, de deux vices-recteurs adjoints et de la secrétaire générale. Pour le recteur Denis Brière, la plus-value s'élève à 493 000 $.
Le Soleil a réitéré aujourd'hui sa demande d'entrevue avec le numéro un de l'Université Laval, sans succès.