Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge  
Le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge  

Le ministre Roberge double le budget du tutorat 

Caroline Plante
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Le budget alloué au programme de tutorat va doubler cette année, passant de 11 à 22 millions $.

C’est ce qu’a annoncé mercredi le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, en point de presse à l’Assemblée nationale.

Il a pris un instant pour dresser le bilan provisoire du programme de tutorat: 9500 tuteurs embauchés depuis janvier pour aider 76 188 élèves (9 % des élèves du réseau public).

Les tuteurs sont surtout des enseignants ou des professionnels déjà en poste dans le réseau, a-t-il précisé, des gens qui ont accepté «d’en faire plus».

De son côté, Alloprof rapporte une augmentation de 63 % de ses sessions d’aide offertes un à un, enseignant-élève.

Cela représente Le budget alloué au programme de tutorat va doubler cette année, passant de 11 à 22 millions $.

C’est ce qu’a annoncé mercredi le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, en point de presse à l’Assemblée nationale.

Il a pris un instant pour dresser le bilan provisoire du programme de tutorat: 9500 tuteurs embauchés depuis janvier pour aider 76 188 élèves (9 % des élèves du réseau public).

Les tuteurs sont surtout des enseignants ou des professionnels déjà en poste dans le réseau, a-t-il précisé, des gens qui ont accepté «d’en faire plus».

De son côté, Alloprof rapporte une augmentation de 63 % de ses sessions d’aide offertes un à un, enseignant-élève.

Cela représente 1,2 million de sessions d’aide supplémentaires, a indiqué M. Roberge.

En outre, Tel-Jeunes compte 76 % de visites de plus sur son site web, soit 153 000 visites additionnelles et ressources données aux jeunes en difficulté.

«Ça continue de se déployer», s’est félicité M. Roberge.

Mercredi matin, le ministre de l’Éducation a également lancé les Rendez-vous pour la réussite éducative, un «forum», a-t-il dit, qui va réunir 70 participants en petits groupes fermés.

L’objectif est de doter le réseau d’une vision commune pour assurer la persévérance et la réussite du plus grand nombre d’élèves dans les prochains mois.

Interrogé à savoir pourquoi il avait décrété le huis clos lors de cet événement, le ministre s’est défendu en disant avoir l’appui d’une dizaine de groupes, qui préfèrent tenir les discussions à portes closes, loin des médias.

«Les gens veulent être certains de pouvoir y aller en tempête d’idées, réagir d’un côté à l’autre, sans nécessairement qu’une clip soit utilisée dans un média», a déclaré M. Roberge.

«Certaines discussions peuvent se faire de manière plus productive (...) lorsque micros et caméras sont fermés», a-t-il ajouté.

La députée Christine Labrie, de Québec solidaire, a annoncé lundi qu’elle va boycotter l’événement, puisqu’il lui sera impossible d’entendre les propos des participants.

La seule rencontre à laquelle les députés pourront participer est celle regroupant les députés. Selon elle, des enjeux tels que la réussite et le bien-être des élèves auraient très bien pu être abordés publiquement.

Les députées libérale et péquiste, Marwah Rizqy et Véronique Hivon, ont quant à elle confirmé leur présence aux Rendez-vous pour la réussite éducative, qui se tiendront jusqu’au 1er avril.