L'ASSE veut la grève lors du Sommet sur l'enseignement supérieur

Une odeur de «printemps érable» est à prévoir en février. L'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE) invitera en effet ses membres à faire grève lors du Sommet sur l'enseignement supérieur le temps d'une manifestation nationale.
Choquées par les compressions de budget annoncées au début du mois de décembre par le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, certaines associations étudiantes membres de l'ASSE ont déjà en mains des mandats de consultation en vue d'une grève.
«Il a décrété des coupures qui ont brisé notre confiance envers ce processus [le Sommet]», a expliqué Jérémie Bédard-Wien, porte-parole à l'ASSE. «On avait débuté avec un certain optimisme, le ton semblait alors beaucoup plus ouvert.»
Pierre Duchesne a demandé des compressions de 5 % aux universités québécoises pour l'année fiscale en cours, soulevant un tollé tant chez les recteurs que les étudiants.
La décision d'organiser une manifestation nationale a été adoptée en congrès par les associations membres de l'ASSE le 25 novembre dernier. Reste à savoir les dates exactes et le lieu où sera tenu le sommet.
L'ASSE prévoit toujours envoyer ses délégués aux tables de discussion du Sommet sur l'enseignement supérieur. Le ministre Duchesne a depuis annoncé qu'un réinvestissement de 696 millions $ sur sept ans serait sur la table et à discuter au Sommet.