Le maire sortant, Michel Beaulieu, et son opposante, Louise Brunet, ont fait campagne sur le développement de la municipalité Lac-Beauport.

Lac-Beauport: la mairesse choisit Silva pour l'école

Après une soirée de consultation publique qui a donné lieu à des échanges musclés, la mairesse de Lac-Beauport, Louise Brunet, ne doutait plus mercredi que le meilleur emplacement pour la construction d'une nouvelle école est celui de l'ensemble résidentiel Silva.
«C'est sûr que probablement, ça va aller sur le site Silva, les gens sont vraiment contre l'agrandissement», a constaté Mme Brunet. Après les élections municipales de l'automne où elle a détrôné l'ex-magistrat et l'ensemble de ses conseillers, la nouvelle mairesse avait promis d'analyser les différents lieux possibles.
L'emplacement choisi par son prédécesseur avait suscité le mécontentement. Des citoyens voyaient d'un mauvais oeil la construction de l'établissement sur les terrains de l'ensemble résidentiel Silva en raison de son éloignement.
Les résultats de ce travail, réalisé par la firme Urbanex, révèlent pourtant que c'est l'endroit qui correspond mieux aux critères établis. Mais Louise Brunet aurait souhaité que l'agrandissement ou l'ajout d'un nouveau pavillon à l'école Montagnac soit tout de même considéré par la commission scolaire des Premières-Seigneuries, qui avait pourtant refusé d'envisager un tel scénario.
De nombreux citoyens ont aussi fait valoir que ce dernier n'était pas viable, notamment parce qu'il va à l'encontre de toutes les études démontrant que les enfants évoluent mieux dans des établissements où ils sont moins nombreux. À l'heure actuelle, l'école compte 760 jeunes, dont 150 qui ont leur classe dans des roulottes temporaires et les locaux du centre communautaire.
Et cela préoccupe Jérôme Thibaudeau. «Ma fille de cinq ans m'a dit qu'elle avait mal aux oreilles à force d'entendre les autres enfants crier, et mon fils de sept ans a dit qu'il ne trouvait pas ses amis dans la cour d'école.»
Quatre emplacements
Des problèmes de circulation, de sécurité et de transport ont aussi été évoqués par la centaine de résidents qui s'étaient déplacés à la séance et qui préféraient, selon le quartier dans lequel ils vivent, l'un ou l'autre des quatre emplacements étudiés.
Plusieurs ont accusé les conseillers municipaux de ne pas avoir fait leur boulot dans le dossier et ont aussi déploré le manque de communication avec la commission scolaire et le directeur de l'école, Serge Bégin. Ce dernier s'est tout simplement dit impatient que la municipalité fasse son choix.
L'ex-maire, Michel Beaulieu, a quant à lui déploré le cafouillage des élus, affirmant que les études indiquent clairement que son administration avait fait le bon choix.