Le conflit qui fait rage au sein du conseil de la commission scolaire des Navigateurs  exaspère le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, qui compte agir.

La pesée dans les écoles pas «nécessaire», selon le ministre Proulx

Le ministre de l'Éducation du Québec, Sébastien Proulx, s'est montré préoccupé par la pesée des élèves dans les cours d'éducation physique, une pratique qu'il juge non nécessaire.
En entrevue à Radio-Canada jeudi soir, le ministre a dit comprendre que cette pratique mette certains jeunes dans une «situation embêtante», surtout si elle est faite devant le groupe. «Il y a quelque chose là-dedans qui, à mon avis, n'est pas nécessaire», a-t-il souligné.
«C'est le papa, le père de famille qui parle. Je pense qu'il y a d'autres façons d'enseigner aux jeunes la façon de calculer l'indice de masse corporelle que de les obliger de se peser entre eux», a-t-il ajouté.
Sans annoncer officiellement qu'il allait interdire la pesée, Sébastien Proulx a demandé au ministère de l'Éducation de répertorier l'étendue de cette pratique dans les écoles du Québec. Il a aussi confirmé à Radio-Canada que la pesée des élèves n'était inscrite dans aucun guide ou programme émanant du Ministère.
Une pétition demandant de faire cesser la pesée d'élèves dans les écoles primaires et secondaires et les cégeps a été lancée le 9 août dernier sur le site Web de l'Assemblée nationale. Elle a récolté, jusqu'à vendredi, 3175 signatures.
Le texte de la pétition stipule que cette pratique est «très nocive pour les jeunes souffrant d'un trouble alimentaire», qu'elle est humiliante et peut même être considérée comme de l'intimidation.