Selon les sources, entre 10 000 et 15 000 étudiants de l'Université Laval étaient touchés par la grève du 23 mars. Le débrayage est d'une durée d'une à deux journées jusqu'à deux semaines selon les facultés. Il vise à dénoncer les politiques d'austérité du gouvernement Couillard.

La mobilisation s'effrite à l'Université Laval

Le mouvement de grève étudiant à l'Université Laval continue de se fissurer.
Mercredi soir, c'était au tour des étudiants en service social de se prononcer dans une forte majorité contre la reconduction de la grève. Ils étaient quelque 300 membres à se présenter pour le vote. Ils se sont prononcés contre dans une proportion de 235 contre 49 et 15 abstentions. C'est un vote plus que représentatif, puisque l'association compte 458 membres.
Un étudiant à la maîtrise en affaires publiques, Julien Provencher-Proulx, avait déposé il y a quelques jours une requête en mandamus visant à obliger l'Université Laval à s'assurer qu'il puisse suivre ses cours de sciences politiques. Comme la grève à l'Association des politologues étudiants de l'Université Laval n'a pas été reconduite mercredi soir, l'universitaire a mis sa procédure sur la glace.
Au terme de ces deux autres votes, il ne reste donc plus que quelques centaines d'étudiants répartis entre moins d'une dizaine d'associations à être toujours en grève.