Des travaux de réaménagement sont déjà en cours au centre du Phénix sur la route de l’Église.

La CS des Découvreurs regroupe ses activités aux adultes

EXCLUSIF / La commission scolaire des Découvreurs gère un chantier de 2 millions $ au centre de formation du Phénix de la route de l’Église qui permettra d’y regrouper ses activités d’enseignement aux adultes dispersées dans trois établissements. Résultante: l’établissement de la Pointe-de-Sainte-Foy est à vendre et l’Envol de L’Ancienne-Lorette pourrait être démoli.

Reculons un peu sur la ligne du temps pour bien comprendre. En septembre 2015, le gouvernement québécois a octroyé près de 5 millions $ pour le déménagement de l’école Madeleine-Bergeron sise depuis une trentaine d’années sur la route de l’Église; l’institution accueillant des enfants handicapés de l’est du Québec était à l’étroit. Deux ans plus tard, elle a été officiellement relocalisée dans Cap-Rouge, dans les anciens locaux rénovés de l’école des Grandes-Marées qui avait été fermée en 2012 pour cause de déclin démographique.

Dans le secteur Sainte-Foy, le bâtiment abandonné à la suite du déménagement cherchait donc une vocation. La moitié des lieux étaient déjà occupés par le centre de formation aux adultes du Phénix. La commission scolaire a donc décidé d’y rapatrier les étudiants des deux autres installations du genre.

Voici donc le printemps 2018 qui s’annonce. Des travaux de réaménagement préliminaires sont déjà en cours sur la route de l’Église. Et il y aura intensification. «Dans le cadre de ces transformations, des travaux de démolition de certaines cloisons, revêtement de sol et plafond sont à prévoir», explique le conseiller en communication, Alain Vézina. 

Sauf qu’il y a des précautions à prendre. «Certains de ces matériaux sont susceptibles de contenir de l’amiante comme dans la majorité des bâtiments du Québec construits à cette époque.» En fait, des analyses ont permis de confirmer la présence du matériau honni. «Ce pour quoi on fait appel à des entrepreneurs spécialisés.»

Les parents des enfants ayant fréquenté cette école voudront sans doute savoir si leurs héritiers ont pu être affectés par le produit nocif. Réponse de M. Vézina: «Personne dans cet édifice n’était en contact avec de l’amiante.» 

Excédentaires

Allons-y maintenant pour un peu de futurologie. À la fin du chantier, les élèves des centres de formation de la Pointe-de-Sainte-Foy et de l’Envol déménageront à leur tour dans les locaux remis au goût du jour de la route de l’Église. Désertant leurs établissements actuels.

Le premier, situé près de bureaux de Revenu Québec, est en vente. Selon la plus récente évaluation foncière, l’édifice du 965, rue Valentin, valait environ 6 millions $.

Le deuxième est planté à côté de la polyvalente de L’Ancienne-Lorette, au 1811, rue Notre-Dame. Fabriqué à partir de «roulottes», dixit M. Vézina, il sera «possiblement à détruire».