La députée de Québec solidaire, Françoise David, a cosigné une motion avec Alexandre Cloutier pressant l'Assemblée nationale de rejeter «l'idée de modifier les lois du travail pour que les employeurs ne puissent pas embaucher de jeunes décrocheurs, que ce soit à temps plein ou à temps partiel».

La CAQ veut bonifier sa position en éducation

Dans le but de bonifier sa position en éducation, la Coalition avenir Québec (CAQ) tient ce dimanche à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) un colloque sur l'avenir de l'éducation, appelé «Objectif réussite Québec».
Le chef François Legault y assistera, mais l'événement est organisé par le député de Chambly et porte-parole de la CAQ en matière d'éducation, Jean-François Roberge. La CAQ a invité de nombreux experts et représentants du milieu de l'éducation, dans ce qu'elle qualifie de rencontre «non partisane».
Jean-François Roberge, qui vient de lancer un livre intitulé Et si on réinventait l'école?, affirme que la plus grande priorité de la CAQ est sans contredit l'éducation, même si le parti se préoccupe également de santé, d'économie et de services aux citoyens. Selon lui, l'éducation est «la clé pour tous les autres dossiers», de par son impact sur la relève, les jeunes.
Il estime que le Québec a pris beaucoup de retard en éducation, lançant du même souffle une flèche au gouvernement Couillard dont «les ministres de l'Éducation passent et vont d'une imprécision à l'autre».
Jean-François Roberge explique que la CAQ veut susciter un débat constructif pour améliorer le système d'éducation au Québec. L'objectif est «d'amener un maximum de jeunes dans la réussite scolaire».
M. Roberge précise que le colloque permettra à la CAQ de bonifier son offre.