Le rapport recommande au ministère de l'Éducation de donner l'exclusivité au Cégep de la Gaspésie et des Îles pour les formations en pêche, en aquaculture, en éolien et en tourisme d'aventure.

Jusqu'à 6000 $ en bourse pour étudier à Gaspé

Un rapport commandé par la ministre de l'Éducation recommande de verser des bourses de 6000 $ pour attirer des étudiants au Cégep de la Gaspésie et des Îles. Une mesure parmi une série d'autres destinées à donner de l'oxygène à un collège dont la clientèle décline rapidement.
Le Soleil a obtenu copie du rapport rédigé par le consultant Yvon Boudreau. Le Cégep de la Gaspésie et des Îles a perdu 40 % de sa clientèle en 10 ans. Il en perdra encore 31 % d'ici 2016, selon les prévisions du ministère de l'Éducation. Et Québec a dépensé
1,7 million $ ces dernières années pour atténuer les effets du manque d'étudiants.Pour compenser l'éloignement, le rapport recommande de verser une bourse de 6000 $ par an aux étudiants dont les parents résident à plus de 50 kilomètres du campus fréquenté, que ce soit Gaspé, Carleton, Grande-Rivière ou les Îles.
La mesure pourrait s'étendre à certains autres cégeps de région, dont celui de Baie-Comeau, note le consultant. Sans attendre le rapport, le collège gaspésien a déjà annoncé qu'il offrirait des bourses de 1000 $ à certains étudiants dès la rentrée 2010.
Exclusivités
Québec devrait accorder l'exclusivité au Cégep de la Gaspésie et des Îles pour les formations en pêche et en aquaculture, en éolien et en tourisme d'aventure, les créneaux d'excellence de la région, note le consultant.
Le rapport suggère au Cégep d'abandonner définitivement des programmes comme Techniques de bureautique, et de penser à centraliser Techniques forestières au Cégep de Rimouski. Quant au secteur anglophone (90 étudiants), il devrait se concentrer sur la formation préuniversitaire, et abandonner ses techniques, sauf Tourisme d'aventure, qui affiche complet.
Le président du Cégep de la Gaspésie et des Îles, Léon Després, estime que le rapport dresse un «excellent portrait de la situation», mais ne se prononcera pas sur les recommandations avant mai.
Pour Annie Chouinard, du Syndicat des enseignants du campus de Gaspé, les bourses aux étudiants sont «un élément majeur». «On a beau avoir de beaux programmes, dit-elle, et on a travaillé là-dessus, ça prend des élèves dans les classes.»
À l'association des étudiants du campus de Gaspé, on se dit «déçu» de l'attitude de la ministre Michelle Courchesne, rencontrée à Gaspé le 11 mars. «Elle nous l'a donné en disant que c'était un beau rapport, mais que son cabinet n'était pas d'accord», rapporte le président Vincent-Olivier Bastien.