Le ministre Luc Fortin insiste sur le fait que dès demain [lundi], «plus de 3000 enfants de Montréal et de Laval pourront retourner à leur service de garde éducatif à l'enfance».

Fin de la grève dans les CPE: une excellente nouvelle, dit le ministre Fortin

Le ministre de la Famille, Luc Fortin, s'est réjoui dimanche de l'annonce de la fin de la grève dans les 57 centres de la petite enfance (CPE) de Montréal et de Laval. Une entente de principe signée en pleine nuit entre le syndicat des travailleuses et l'association patronale a effectivement levé l'arrêt de travail, déclenché depuis le 6 juin dernier.

En début d'après-midi, Luc Fortin a affirmé que l'entente de principe «est une excellente nouvelle pour toutes les parties, mais surtout pour les familles du Québec».

Le ministre libéral insiste de plus sur le fait que dès demain [lundi], «plus de 3000 enfants de Montréal et de Laval pourront retourner à leur service de garde éducatif à l'enfance».

Il dit vouloir remercier toutes les parties impliquées dans les discussions «pour leurs efforts à la table de négociation».

Dans un communiqué, le ministère de la Famille se réjouit aussi du fait que les représentants des associations patronales et syndicales présenteront, en principe, les différentes modalités de la nouvelle entente à leurs membres d'ici les prochains jours.

«Le processus de négociation des conventions collectives des CPE s’est fait conformément aux dispositions du Code du travail», ajoute-t-on. Le cabinet souligne d'ailleurs que le ministère n'est pas l'employeur des travailleuses et travailleurs en CPE, contrairement à certaines croyances populaires. Ce sont plutôt les CPE elles-mêmes qui le sont.

Recommandation de règlement

Dimanche, les conciliateurs du ministère du Travail ont présenté au Syndicat des travailleuses des CPE — qui est en fait affilié à la CSN — et à l’Association patronale des CPE une recommandation de règlement de leur convention collective. Les parties se sont engagées à la présenter «favorablement» à leurs mandants respectifs.

La recommandation, dont le contenu demeure confidentiel à la demande des conciliateurs, sera présentée à l’ensemble des travailleuses visées lors d’une assemblée générale extraordinaire le week-end prochain.

C'est donc dire que la grève est officiellement levée. Le retour au travail des travailleuses et travailleurs est déjà prévu pour lundi.

Rappelons que les points litigieux portaient principalement sur les congés sans traitement, les horaires de travail et liste de rappel et l’application de l’ancienneté.

Plus de 3000 enfants étaient affectés par ce débrayage des quelque 1500 éducatrices. S’il s’agit d’un soulagement pour bien des parents, certains comme Céline Magontier, une mère membre du regroupement Parents et citoyens en appui aux travailleuses de CPE de Montréal et Laval, offrent un appui indéfectible aux éducatrices.

«Comme la qualité de vie de mon enfant dépend directement des conditions de travail des éducatrices, j’aurais été capable de supporter ça plus longtemps si ça avait été nécessaire», a-t-elle déclaré en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne, plus tôt cette semaine. 

Mme Magontier estime que les revendications syndicales sont raisonnables. «La gestion d’un CPE ne devrait pas se comparer à celle d’une entreprise», conclut-elle à ce sujet.