«C'est sûr que ça va toucher les services aux élèves», a dit hier la présidente de FCSQ, Josée Bouchard.

Fédération des commissions scolaires: une prime de départ dérange la CS de la Capitale

La commission scolaire de la Capitale désapprouve la nouvelle indemnité de départ votée au printemps dernier pour la présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec si bien qu'elle a mené à une importante réflexion sur son affiliation au regroupement.
Ce n'est qu'au terme de l'exercice, dirigé par le comité de gouvernance et d'éthique du conseil des commissaires, que ceux-ci ont finalement décidé le mois dernier de ne pas quitter le navire. «Les bénéfices sont plus grands que les inconvénients», explique le directeur des communications de la commission scolaire, Érick Parent.
Au printemps dernier, le conseil général de la Fédération des commissions scolaires (FCSQ) a voté pour l'octroi au poste de président d'une indemnité de départ de 9300 $ par année, et ce, jusqu'à concurrence d'un maximum de six ans de service. Pour l'actuelle présidente, Josée Bouchard, cela représente une enveloppe de plus de 55 000 $.
En juin, trois importantes commissions scolaires montréalaises avaient claqué la porte pour protester. «C'est inadéquat dans un contexte de très grandes restrictions budgétaires», soutient également M. Parent. La commission scolaire de la Capitale a cependant préféré surseoir au paiement de sa cotisation de 131 000 $ dans l'attente des conclusions du comité de gouvernance et d'éthique.
Le 10 décembre dernier, le conseil des commissaires a ainsi adopté une résolution qui réaffirme son désaccord avec le principe d'une telle indemnité de départ mais a néanmoins conclu qu'il voulait demeurer au sein du groupe. Ses membres avaient également rencontré Mme Bouchard en novembre pour alimenter leur réflexion.
Dans une seconde résolution en décembre, les commissaires ont exigé d'être consultés et de faire part de leurs attentes dans le cadre du renouvellement du plan stratégique et des règlements de la FCSQ. Dans la grande région de Québec, la commission scolaire de la Capitale est la seule à avoir pris position sur la controversée indemnité de départ.