Pavillon de Koninck, Université Laval

Être étudiant en 2014... la belle vie?

Près de deux ans après le conflit étudiant ayant eu comme trame de fond l'augmentation des droits de scolarité, la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) veut savoir comment se porte le portefeuille des universitaires. L'association prépare ce qu'elle prétend être sa plus importante enquête sur le sujet.
C'est la quatrième fois que la FEUQ sonde la population étudiante sur ses conditions de vie, mais la première qu'elle le fait auprès du premier et des cycles supérieurs en même temps, explique son président, Tierry Morel-Laforce. «Cela nous permettra de savoir à quoi ressemble l'état financier moyen d'un étudiant au Québec en 2014», souligne-t-il.
En 2009, l'enquête menée auprès de 12 000 étudiants au baccalauréat dans 14 établissements universitaires avait révélé que 50 % d'entre eux vivaient avec moins de 12 200 $ par année et 25 % avec moins de 7400 $, y compris les prêts et bourses.
Les récents changements apportés à l'aide financière aux études, la hausse de 500 $ entre 2007 et 2012 et le contexte économique peuvent avoir changé la donne. Mais M. Morel-Laforce ne se hasarde pas à prédire si les étudiants sont plus riches ou, au contraire, s'ils peinent toujours à boucler leurs fins de mois.
Plus de parents aux études
Toutefois, il s'attend à voir une augmentation des parents étudiants. En 2009, cette clientèle formait près de 5 % des étudiants inscrits au premier cycle et environ 20 % aux cycles supérieurs. La FEUQ a ciblé certaines questions afin de mieux cerner leurs besoins, comme l'implantation de garderies ayant des horaires atypiques. D'autres visent les emplois occupés par les universitaires, leur mode de transport ainsi que la façon dont ils se logent.
Les étudiants seront sollicités en mars et en avril prochains, alors que les résultats du coup de sonde devraient être dévoilés à l'automne.
Le ministère de l'Enseignement supérieur se penche aussi sur le sort des universitaires puisqu'il mènera, parallèlement à la FEUQ, sa propre enquête sur leurs conditions de vie.
Une enquête similaire avait été réalisée il y a cinq ans et ses conclusions étaient semblables à celles de l'association étudiante. L'étude sera aussi dévoilée à l'automne, confirme le porte-parole du Ministère, Joël Bouchard.