Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Cette année, la situation de la COVID-19 a convaincu le ministre de s’en tenir à deux bulletins.
Cette année, la situation de la COVID-19 a convaincu le ministre de s’en tenir à deux bulletins.

Écoles: 65 % pour la deuxième étape

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Le ministre de l’Éducation a tranché. À la lumière des résultats du premier bulletin, la deuxième et dernière étape de l’année scolaire vaudra 65 % de la note finale.

«Ce n’est pas la catastrophe annoncée», a rassuré Jean-François Roberge, mercredi après-midi, en point de presse.

Pour annoncer la nouvelle pondération de 35 % pour le premier bulletin et de 65 % pour le second, le ministre de l’Éducation s’est appuyé sur les résultats des élèves de 214 écoles à travers le Québec. Échantillon se voulant le plus représentatif possible, a-t-il dit. Le Québec compte 3082 écoles primaires et secondaires.

En temps normal, une année scolaire compte trois étapes valant 20 %, 20 % et 60 %, pour la dernière.

Cette année, la situation de la COVID-19 a convaincu le ministre de s’en tenir à deux bulletins. Entre autres pour réduire la charge de travail des enseignants et pour donner le temps aux enfants de s’acclimater aux mesures sanitaires.

Dans 7 % des écoles, donc, le ministère a comparé les taux d’échec du deuxième bulletin de l’année scolaire 2019-2020, décerné juste avant le début de la pandémie en mars dernier, avec les notes du premier bulletin de l’année scolaire 2020-2021, remis le 5 février.

On constate certaines variations, mais rien de très significatif aux yeux du ministre.

«Il faut aussi s’encourager, comme réseau, comme État, en voyant les résultats qu’on voit aujourd’hui. C’est le résultat du travail acharné des enseignants, des équipes de soutien, des professionnels. Il y a beaucoup de dévouement, mais surtout du professionnalisme, dans nos écoles, ce n’est pas juste une question de cœur, c’est une question évidemment de compétence», a affirmé le ministre Roberge, adoptant depuis quelque temps un ton plus conciliant.

Les inquiétudes les plus frappantes se trouvent dans les classes de mathématiques de secondaires 3 et 4. Hausse du taux d’échec de 3 %, en troisième secondaire (25,6 %), et de 4,2 %, en quatrième secondaire (23,2 %). Matière affichait déjà un taux d’échec élevé pour ces niveaux même avant la pandémie, soit de 22,6 % et de 19 %.

On note aussi une amélioration de plus de 3 % en mathématique de première secondaire, où le taux d’échec a chuté de 19,4 % à 16,3 %.

Pas les mêmes contenus

Bien qu’il le qualifie de «rigoureux», le ministre convient que ce portrait statistique s’avère «imparfait». Car on compare ici des notes obtenues pour une même matière, mais le contenu enseigné n’a pas nécessairement été le même.

M. Roberge a adressé deux documents aux enseignants, en septembre et en janvier, concernant l’élagage des programmes réguliers et l’identification des «savoirs essentiels».

«Je suis conscient qu’il y a quand même un rattrapage à faire. C’est peut-être un paradoxe parce qu’on dit qu’il y a peu de changement dans les taux de réussite, mais je pense qu’il y a des élèves qui ont quand même des retards qu’ils ont pris pendant cette période-là. Et je suis conscient aussi qu’il y a des enseignants qui peuvent avoir adapté leurs évaluations. Donc, il ne faut surtout pas baisser les bras, penser que la pandémie n’a pas eu d’impact dans nos écoles. Ce que je constate, c’est que les jeunes sont globalement encouragés de continuer parce qu’il n’y a pas plus d’échecs cette année que l’an passé à date», résume le ministre.

«Mais il ne faut pas se mentir tout le monde ensemble, collectivement, puis se faire croire que tout va bien, puis que, parce que les taux de réussite sont comparables, on a exactement le même niveau d’acquis que l’an dernier. Je pense que ce serait de se mentir à tous. C’est important de le préciser», reconnaît-il, parlant d’encore une année de rattrapage post-COVID, peut-être deux.

Il promet le plus de soutien possible à tous les élèves qui en auront besoin, sous forme de tutorat, de programmes d’été ou autres.

Voici les taux d’échec compilés par le ministère de l’Éducation auprès d’un échantillon de 214 écoles.

Matières    2019-2020    2020-2021

3e primaire

  • Lecture              11,8 %    11,8 %
  • Mathématique    8,7 %    8,2 %

6e primaire

  • Écriture              7,0 %    7,9 %
  • Mathématique    7,7 %    6,8 %

1re secondaire

  • Écriture             18,6 %    17,1 %
  • Mathématique    19,4 %    16,3 %

2e secondaire

  • Écriture             15,6 %    17,1 %
  • Mathématique    22,3 %    22,2 %

3e secondaire

  • Écriture             16,7 %    18,8 %
  • Mathématique    22,6 %    25,6 %

4e secondaire

  • Écriture             16,0 %    16,2 %
  • Mathématique    19,0 %    23,2 %
  • Sciences            16,5 %    18,5 %
  • Histoire              16,1 %    16,6 %

5e secondaire

  • Écriture             13,1 %    14,8 %
  • Mathématique    15,0 %    15,8 %