Deux fois plus de rénos dans les écoles de Québec cet été

Le gouvernement du Québec met les bouchées doubles dans la rénovation des écoles primaires et secondaires de la région de Québec cet été, alors que le Lab-école, qui travaillera sur les écoles du futur, est sur le point de prendre son envol.
Le ministère de l'Éducation injecte 53 millions $ en divers travaux de rénovation dans 107 écoles cette année, au lieu des 28 millions $ investis l'an dernier.
Lors de l'annonce à l'école Saint-Yves mardi, M. Proulx a admis que ces travaux ne permettront pas d'aménager l'école de demain. Il s'agit plutôt de «réparer ce qui est brisé» ou de changer ce qui est arrivé à la fin de sa vie utile. Reste que quand c'est possible, des écoles profiteront de ces rénovations pour ajouter de la luminosité ou aménager des espaces de création. 
M. Proulx a assuré que les travaux préparatoires au lancement du Lab-école vont bon train. Un conseil d'administration a été formé pour chapeauter ce nouvel organisme sans but lucratif, qui réfléchira et jettera les bases de l'aménagement des écoles du futur. Le chef Ricardo Larrivée, l'architecte Pierre Thibault et le sportif Pierre Lavoie y seront, mais aussi des «gens de tous les milieux», scolaires et universitaires, a indiqué M. Proulx. Les travaux devraient s'enclencher au cours des prochaines semaines. 
«Lab-école, ça va nous amener à réfléchir dans l'avenir, mais on va aussi s'inspirer de ce qui s'y fait pour travailler dans le présent. On va pas laisser les rénovations se faire au cours des prochaines années en reconstruisant les écoles bunker des années 1970», a souligné M. Proulx.
Reste que dans l'immédiat, les sommes annoncées serviront en majorité à changer des toitures, des fenêtres ou à réaménager des salles de toilettes, des locaux et des cours extérieures. 
Dans la région, ce sont les écoles de la commission scolaire de la Capitale qui auront le droit à la plus grande part de travaux, étant donné leur niveau de vétusté parmi les plus élevés dans la province.
Sébastien Proulx affirme que pour la courte période où les enfants ne sont pas en classe, son gouvernement avait réquisitionné «tous les marteaux disponibles». «On va au maximum de ce qu'on peut faire», assure-t-il, bien qu'il n'ait pu satisfaire toutes les demandes des commissions scolaires.
Investissements par commission scolaire
De la Capitale 32,9 millions$
Des Premières-Seigneuries 8,4 millions$
Des Découvreurs 4,5 millions$
De Charlevoix 3,8 millions$
Central Quebec 1,7 million$
De Portneuf 1,7 million$