Des tablettes à l'essai dans les écoles du Québec

Le ministère de l'Éducation s'intéresse aux vertus de la tablette sur les bancs d'école.Depuis un mois, des élèves testent l'utilisation de tablettes dans une quinzaine de commissions scolaires aux quatre coins du Québec.
Jusqu'à demain, différents types de tablettes sont à l'essai dans des classes de cinquième année du primaire de même qu'en première et deuxième secondaire, en français et en mathématique.
Il s'agit d'une initiative du ministère de l'Éducation, qui a rendu public fin février un «appel d'intérêt» afin «d'évaluer l'offre de produit qui pourrait éventuellement répondre à la diversité des besoins technopédagogiques des commissions scolaires», indique Bryan St-Louis, porte-parole du Ministère.
Les enseignants déjà à l'aise avec l'utilisation des nouvelles technologies ont été ciblés, afin que des fournisseurs de tablettes leur prêtent le matériel pendant cette période. L'analyse de l'expérience se fera à partir du début mai.
«Coup d'épée dans l'eau»
Le chercheur Thierry Karsenti, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies en éducation à l'Université de Montréal, émet toutefois des réserves sur l'initiative du Ministère. Il doute qu'il soit possible de tirer des conclusions après seulement un mois d'utilisation. «D'après moi, c'est un immense coup d'épée dans l'eau», lance-t-il.
L'utilisation de tablettes reste limitée dans les écoles du Québec. En septembre 2012, La Presse rapportait qu'environ 5000 élèves utilisaient des tablettes en classe, principalement dans les écoles privées. Dans le réseau public, quelques projets-pilotes existent, mais il s'agit d'initiatives isolées, comme celle de la commission scolaire de Kamouraska-Rivière-du-Loup, où 260 élèves expérimentent l'iPad en classe depuis deux ans.
Au cours des dernières années, d'importantes sommes d'argent ont plutôt été consacrées à l'achat de tableaux interactifs.Avec la collaboration d'Annie Mathieu