Le Soleil
«Oui, il y a un décrochage scolaire, mais il y a aussi un décrochage parental. Il y a un décrochage de l’école, il n’y a même pas assez de valorisation. Il faut se regarder dans les yeux pour les bonnes raisons comme société», a soutenu le ministre de l'Éducation mercredi.
«Oui, il y a un décrochage scolaire, mais il y a aussi un décrochage parental. Il y a un décrochage de l’école, il n’y a même pas assez de valorisation. Il faut se regarder dans les yeux pour les bonnes raisons comme société», a soutenu le ministre de l'Éducation mercredi.

Décrochage scolaire: les libéraux refusent de prendre le blâme

Patricia Cloutier
Patricia Cloutier
Le Soleil
Les libéraux refusent de prendre le blâme du faible taux de diplomation au Québec. Le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx estime que les parents doivent, entre autres, se regarder dans le miroir.