Philippe Couillard et son homologue français Manuel Valls.

Confusion autour de la création d'un institut franco-québécois de recherche maritime

Les 2 millions $ annoncés à Paris vendredi pour la création d'un institut franco-québécois voué à la recherche maritime n'auraient pas été approuvés par les protagonistes du projet. Bien que l'on ne démente pas le montant avancé, le bureau du ministre responsable de la Stratégie maritime, Jean D'Amour, affirme qu'il reste à déterminer.
«Des montants ont été discutés depuis longtemps, fait savoir l'attachée de presse du ministre, Zoé Couture. Mais on laisse au comité Québec-France le soin d'en baliser les actions, et les sommes qui y seront rattachées.» Le projet de création de cet institut a été convenu entre les premiers ministres du Québec et de la France, Philippe Couillard et Manuel Valls. 
Lors de l'annonce, il a été énoncé que le budget de 2 millions $, réparti sur trois ans, permettrait l'engagement de quatre à six chercheurs.
Selon l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) et les Fonds de recherche du Québec, cet institut international donnera une impulsion majeure au développement des connaissances liées au secteur maritime. Celui-ci sera codirigé par le Québec et la France. 
«La mise sur pied d'un tel institut dédié aux enjeux maritimes sera un tournant en matière de formation, de recherche et d'innovation», dit le recteur de l'UQAR, Jean-Pierre Ouellet. L'institut soutiendra les décideurs scientifiques, économiques et politiques québécois et français grâce à un réseau d'expertises intersectorielles, de connaissances de pointe et de réponses concrètes à des enjeux majeurs.»
Selon le scientifique en chef, Rémi Quirion, «l'unification des forces vives de la France et du Québec désirant contribuer au développement du secteur maritime permettra d'ouvrir de nouvelles avenues de recherche». 
Tant M. Ouellet que M. Quirion croient que l'annonce de la mise sur pied de cet institut pourrait devenir un important jalon de la future Stratégie maritime du gouvernement du Québec.