Alain Fortier, le président de la commission scolaire des Découvreurs, est confiant que le projet d’agrandissement de l’école des Pionniers aille de l’avant en 2019 malgré le fait que la ville de Saint-Augustin-de-Desmaures ait renoncé à investir 1,7 million $ dans la réalisation du projet.

Compromis recherché pour l'agrandissement de l’école des Pionniers

Largué par la Ville de Saint-Augustin, le projet d’agrandissement de l’école secondaire des Pionniers pourrait tout de même aller de l’avant en 2019.

«Je suis confiant qu’on va trouver une voie de passage», commente Alain Fortier, président de la commission scolaire des Découvreurs.

Le maire de Saint-Augustin Sylvain Juneau a accepté de discuter du projet pendant une heure mercredi avec M. Fortier. Interrogé à la sortie de la rencontre, le président de la commission scolaire explique qu’il comprend la «réalité financière» de la Ville, mais qu’il ne serait pas responsable de laisser tomber tout le projet. 

«Pour avoir les deniers du gouvernement, on n’a pas le choix. Depuis quelques années, on est dans une logique d’utiliser au maximum les infrastructures sportives et il faut une collaboration avec les municipalités», explique-t-il. 

Il a été décidé en 2011 que le pavillon Laure-Gaudreault de l’école des Pionniers accueillerait les élèves de quatrième et cinquième secondaire, alors qu’auparavant, ces jeunes devaient se déplacer à Sainte-Foy pour finir leur secondaire. 

Cette décision s’accompagne toutefois d’un agrandissement du pavillon de près de 10 millions $ qui comprend huit classes et un gymnase. Le ministère de l’Éducation a approuvé ce projet en 2017 et a accepté d’y investir 3,2 millions $, alors que la commission scolaire paiera 5 millions $ et la Ville de Saint-Augustin, 1,7 million $. 

Au conseil municipal mardi soir, le maire Juneau a toutefois annoncé que la Ville abandonnait le projet, étant donné la dette trop importante avec laquelle Saint-Augustin doit composer. Une décision qui a été décriée par plusieurs citoyens présents dans l’assistance. 

La Ville ne s’est pas encore entendue avec la commission scolaire sur le partage de l’espace sportif, alors que la construction doit débuter en 2019. Sur son blogue, le conseiller municipal Yannick LeBrasseur a soutenu mercredi que depuis deux ans, «les communications entre la ville, l’école et la commission scolaire sont quasi inexistantes».

Mis au fait de ce dossier, le ministre de l’Éducation dit vouloir le suivre de près. «Nous appelons tous les acteurs dans ce dossier à garder en tête que ce qui doit primer, c’est l’intérêt des élèves», indique Francis Bouchard, attaché de presse du ministre Jean-François Roberge.