Un chaîne humaine devant le CPE Le Sablier, à Montréal.

Compressions du gouvernement: chaînes humaines autour de CPE

Le président-directeur général de l'Association québécoise des centres de la petite enfance (CPE), Louis Sénécal, a lancé lundi matin un mouvement de chaînes humaines autour d'établissements du réseau.
Il était présent à partir de 8h00 au CPE Saint-Édouard situé sur la rue Drolet, dans le quartier Villeray, à Montréal.
Le mouvement des chaînes humaines vise à protester contre les compressions de 120 millions $ qu'entend imposer le gouvernement Couillard au réseau des services de garde publics et privés. Un grand rassemblement est prévu à Montréal le 7 février et des fermetures sont envisagées à la fin de février et en mars.
Le Conseil québécois des services de garde éducatifs à l'enfance (CQSGEE), qui représente environ le quart des quelque 900 organismes impliqués, a accepté la semaine dernière de participer à un comité de négociation pour tenter de revoir le financement des Centres de la petite enfance. L'Association québécoise des CPE (AQCPE) rejette toutefois cette démarche.
Le gouvernement du Québec, qui avait déjà annoncé des compressions de 74 millions $, a ajouté une somme de 46 millions à ses exigences, pour porter le total à 120 millions $. L'AQCPE réclame le retrait complet de ces nouvelles compressions.