Commissions scolaires: à la population de choisir les nouveaux présidents

Après avoir porté au pouvoir de nouveaux maires cet automne, la population devra désormais choisir les présidents de sa commission scolaire. La semaine dernière, le gouvernement a confirmé que ces derniers seront élus par suffrage universel aux prochaines élections scolaires prévues le 2 novembre 2014.
Depuis la création des commissions scolaires, leurs présidents sont nommés par leurs collègues commissaires. Or, les parents et d'autres acteurs du milieu réclamaient des changements afin que ceux-ci soient plus redevables à la population. En 2008, le gouvernement libéral a consenti à cette demande en inscrivant la disposition dans le projet de loi 88. Le décret qui confirme notamment cette modification a été adopté la semaine dernière.
Le président de la Fédération des comités de parents, Gaston Rioux, se réjouit de savoir que les futurs présidents des commissions scolaires auront désormais à faire campagne pour occuper cette fonction. «Ils vont être obligés d'avoir un programme, de dire par exemple ce qu'ils veulent faire pour améliorer la réussite des jeunes», avance-t-il.
Réveiller le vote
Alors que le taux de participation aux dernières élections scolaires de 2007 était anémique avec un taux avoisinant les 7 %, M. Rioux espère que l'élection des présidents provoquera des débats au sein de la population. Même son de cloche du côté de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ). Sa porte-parole, Caroline Lemieux, croit notamment que les médias régionaux s'intéresseront davantage à la question, puisque les candidats devront user de stratégies de communication pour convaincre les électeurs de les appuyer.
Le décret confirme également que le nombre de circonscriptions électorales passe de 1309 à 698. Cela signifie qu'un total de 767 élus scolaires seront choisis au printemps prochain. De plus, en 2014, le nombre de commissaires-parents sera bonifié, tandis que leur mandat sera désormais de deux ans alors qu'il n'était que d'une seule année.
Par ailleurs, les dernières élections scolaires de 2007 avaient coûté environ 8 millions $ selon la FCSQ, qui estime qu'environ le même montant sera nécessaire pour organiser les prochaines.