Environ 4000 élèves de 4 ans répartis dans 288 classes partout au Québec feront une rentrée précoce dans quelques mois. Le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx en a fait l'annonce lundi à l'école Sans-Frontière de Québec.

Cent nouvelles classes de maternelle 4 ans

Les maternelles 4 ans poursuivent leur développement au même rythme que l'an dernier avec l'ouverture de 100 nouvelles classes en milieu défavorisé dès septembre.
Environ 4000 élèves de 4 ans répartis dans 288 classes partout au Québec feront une rentrée précoce dans quelques mois. Le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx en a fait l'annonce lundi à l'école Sans-Frontière de Québec.
«On les fait débuter un peu plus tôt pour leur donner une chance de suivre mieux les autres», a souligné M. Proulx. Le gouvernement n'a pas l'intention pour le moment d'offrir la maternelle 4 ans à tous les élèves du Québec. Il souhaite plutôt se concentrer sur les tout-petits identifiés comme vulnérables. 
Le ministre s'est défendu d'enlever le pain de la bouche des Centres de la petite enfance (CPE) avec cette annonce. Il explique plutôt que la répartition des nouvelles classes, qui coûteront environ 11 millions $ au gouvernement, s'est faite en complémentarité avec le ministère de la Famille, qu'il dirige aussi, et les services sociaux. Depuis cette année, un nouvel outil permet aux fonctionnaires de voir où sont réellement les besoins. «C'est arrimé maintenant, c'est fini de travailler en silo.» Environ 25 000 enfants de 4 ans ne fréquentent pas de garderie subventionnée et c'est cette clientèle que le ministre de l'Éducation vise. 
La qualité des services offerts en classe de maternelle 4 ans a été critiquée ce printemps, dans une première étude québécoise sur la question. La chercheuse principale Christa Japel soutenait que la «qualité de l'environnement éducatif» était «généralement faible». Elle pressait le ministre d'investir en qualité plutôt qu'en quantité de classes. 
M. Proulx a répliqué lundi que cette étude portait sur les toutes premières classes de maternelle 4 ans. Selon lui, le milieu scolaire a appris ces dernières années et travaille constamment sur la qualité. «Je pense que lorsqu'il y aura des enquêtes futures, elles seront différentes [...] C'est aussi une des raisons pour laquelle on ne fait pas un développement partout, un peu sauvage de tout ça, sans poser des questions.»
Le ministre n'abaisse toutefois pas le ratio d'enfants à 10 pour un enseignant, tel que préconisé par Mme Japel. Le ratio restera à 18 enfants par classe, malgré que dans les faits, le ministre soutient que les classes contiennent entre 6 et 15 enfants. 
Connaître ses lettres
M. Proulx a également annoncé que les programmes de maternelle 4 et 5 ans seront révisés et haussés d'un cran pour que tous les élèves connaissent leurs lettres à la fin de la maternelle 5 ans. 
Bien qu'elle salue «ce pas dans la bonne direction», la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE) s'inquiète toutefois de ne voir aucune somme spécifique dans les règles budgétaires allouée à la formation des enseignants, à l'ameublement ou à l'achat de matériel pédagogique pour ces classes qui accueillent de très jeunes enfants. «On se rappelle que l'an dernier, certaines de nos membres avaient été obligées de faire des ventes de garage pour aménager leur classe», lance la présidente Josée Scalabrini. 
Mme Scalabrini déplore également que l'annonce de l'ouverture de nouvelles classes arrive en juin, alors que la plupart des enseignants permanents ont déjà choisi leur tâche pour septembre. Cette échéance crée un plus grand roulement de personnel et une perte d'expertise d'une année à l'autre dans ces classes, juge-t-elle.
100 nouvelles classes de maternelle 4 ans en septembre
Montréal: 14
Outaouais: 13
Montérégie: 11
Saguenay-Lac-Saint-Jean: 10
Capitale-Nationale: 9
Chaudière-Appalaches: 8
Commissions scolaires anglophones: 6
Laurentides: 5
Laval: 4
Abitibi-Témiscamingue: 4
Bas-Saint-Laurent: 4
Centre-du-Québec: 3
Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine: 3
Lanaudière: 2
Mauricie: 1
Estrie: 1
Côte-Nord: 1
Nord du Québec: 1
Source: ministère de l'Éducation