Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Depuis plusieurs mois, des milliers de parents dénoncent le manque l’accès à une garderie, qu’elle soit privée, subventionnée ou en CPE.
Depuis plusieurs mois, des milliers de parents dénoncent le manque l’accès à une garderie, qu’elle soit privée, subventionnée ou en CPE.

BUDGET 2021 | 97 millions $ pour combler le manque de places en garderies

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Le gouvernement caquiste compte résoudre le manque de places en garderie, causé principalement par la pénurie de main-d’oeuvre, en versant 97 millions $ aux services de garde en milieu familial (RSG) qui accepteront d’accueillir plus de six enfants.

Depuis plusieurs mois, des milliers de parents dénoncent le manque l’accès à une garderie, qu’elle soit privée, subventionnée ou en CPE. Le problème ne peut se résorber uniquement par l’ajout de places, car à plusieurs endroits au Québec, c’est le manque de personnel qui est à l’origine du problème.

Pour encourager plus de gens à opter pour ce métier, le gouvernement propose donc de bonifier son aide aux services existants, ce qui permettra aux RSG de mieux rémunérer leur personnel.

« Pour qu’une RSG puisse recevoir plus de six enfants, elle doit employer une assistante. Afin d’inciter davantage de RSG à accueillir un plus grand nombre d’enfants, le gouvernement versera une aide financière additionnelle aux RSG accueillant neuf enfants. Cette mesure représente un investissement additionnel de 97,4 millions de dollars sur cinq ans », peut-on lire dans le budget de 500 pages, déposé jeudi.

La CAQ estime que cette aide permettrait à 3600 enfants d'obtenir une place. La liste d’attente sur la liste 0-5 ans accumule toutefois plus de 50 000 noms et près de 3000 postes d’éducatrices ou assistantes ne sont toujours pas pourvus.

« Toutes ces femmes et ces hommes qui attendent une place, qui attendent d’aller travailler. C’est majeur. M. Lacombe (ministre de la Famille) n’a pas aussi à convaincre le ministre des Finances », a soupiré Manon Massé, coporte-parole de Québec solidaire.

À son arrivée au pouvoir, la CAQ avait promis 10 000 places, mais cette promesse n’a toujours pas été réalisée, admet le gouvernement qui a été pris par surprise par la pénurie de main-d'oeuvre. » Pour cette raison, le gouvernement veillera d’abord à accélérer la réalisation des places de garde déjà annoncées et à s’assurer que les nouveaux services de garde disposent de la main-d’œuvre suffisante ainsi que d’un personnel qualifié. D’ailleurs, pour réaliser les places de garde plus rapidement, le ministre de la Famille a annoncé que le processus lié au développement des centres de la petite enfance (CPE) a été revu et optimisé, notamment en réduisant le nombre d’étapes que doivent franchir les projets avant de se concrétiser », peut-on lire.

Québec veut aussi stimuler l’offre de garde à horaire atypique, dont de soir et de nuit. Près de 9,7 millions $ seront investis, sur deux ans, pour réaliser une étude de marché afin d’identifier les endroits où les besoins sont plus importants. À la suite de cette étude, le gouvernement financera de nouveaux projets qui répondent aux besoins atypiques.