Yves Bolduc

Bolduc a refusé plusieurs fois de rencontrer l'AELIES

Les étudiants des cycles supérieurs de l'Université Laval se questionnent sur l'intérêt du nouveau ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, Yves Bolduc, pour les affaires scolaires. Le député de Jean-Talon, où l'institution d'enseignement supérieur a pignon sur rue, n'a jamais voulu les rencontrer au cours des dernières années.
«Nous avons été surpris par sa nomination», laisse tomber le vice-président aux affaires extérieures de l'Association des étudiantes et étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (AELIES), Stéphane Lebrun.
Selon lui, cela fait au moins quatre ans que l'AELIES fait des demandes répétées pour rencontrer l'élu de la région de Québec afin de discuter de dossiers qui préoccupent ses membres. Mais l'Association a essuyé un refus chaque fois. Même que pendant la dernière campagne électorale, le personnel d'Yves Bolduc ne leur aurait pas transmis d'accusé de réception.
«On se questionne sur son intérêt pour l'enseignement supérieur et même pour l'Université Laval qui est dans son propre comté», fait valoir M. Lebrun. Le choix de l'ex-doyen de la Faculté des sciences sociales de l'Université Laval, François Blais, pour occuper les postes clés liés à l'éducation aurait peut-être été «plus logique», selon le vice-président de l'AELIES. Il espère néanmoins qu'avec sa limousine de ministre, Yves Bolduc se résoudra à rencontrer les étudiants des cycles supérieurs, qui souhaitent toujours discuter avec lui.
Comme plusieurs acteurs du milieu, Stéphane Lebrun exhorte par ailleurs le nouveau ministre à ne pas laisser tomber les chantiers sur l'enseignement supérieur entamés par son prédécesseur, notamment celui sur le financement des universités.