7 millions $ pour l'école du Boisé dans Charlesbourg

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, a confirmé l'octroi de 7 millions $ pour l'agrandissement de l'école primaire du Boisé, qui permettra d'accueillir 250 élèves supplémentaires.
L'argent servira à construire un second étage au bâtiment existant (boisé 1), rue Jacques-Bédard, qui accueille présentement 225 élèves du préscolaire et de première et de deuxième année. L'ancien édifice administratif adjacent sera démoli pour laisser place à un gymnase double. L'actuel est désuet.
Les 225 élèves devront être répartis dans d'autres écoles du secteur au cours de la construction prévue pendant l'année scolaire 2017-2018. Les travaux devraient être exécutés à temps pour la rentrée scolaire de l'automne 2018.
Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, a confirmé l'octroi de 7 millions $ pour l'agrandissement de l'école primaire du Boisé, à Charlesbourg, mardi.
La Commission scolaire des Premières-Seigneuries se réjouit de l'annonce. «Il commence à y avoir une augmentation importante de la population étudiante. Ça déborde de partout», lance son directeur général, Serge Pelletier.
«Ce qu'on sent, c'est la pression dans le nord de Charlesbourg, enchaîne-t-il. On a eu une augmentation dans presque toutes nos écoles primaires. Géographiquement, l'école du Boisé est la mieux située pour accueillir le surplus. C'est pour ça qu'on l'a priorisée.» 
Aussi à Lac-Beauport
Bientôt seront aussi inaugurées 12 classes supplémentaires à l'école primaire de Lac-Beauport. Ces ajouts devraient permettre de régulariser la situation dans l'ensemble des écoles primaires du territoire couvert par la CS des Premières-Seigneuries.
«Cette année, nous avons 1000 élèves de plus pour la rentrée. Nous projetons en recevoir entre 600 et 100 de plus par année au cours des deux ou trois prochaines années. C'est quand même important», ajoute le dg.
Le prochain défi sera d'accueillir le surplus d'élèves dans les écoles secondaires du territoire. «Nous avons déjà des idées pour des projets d'agrandissement comme à l'école secondaire des Sentiers qui est à sa pleine capacité d'accueil», conclut M. Pelletier.