36 millions$ pour quatre projets de rénovation et construction d’écoles à Québec [VIDÉO]

Plus de 36 millions $ seront investis par le gouvernement caquiste pour quatre projets de rénovation ou de construction dans les écoles de la région de la Capitale-Nationale. Cette nouvelle rassure grandement le personnel du secteur scolaire.

Le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, avait déjà annoncé l’investissement de 1,7 milliard $ pour les 128 projets d’ajout d’espace soumis par les écoles du Québec.

Mardi, en conférence de presse à l’école secondaire Cardinal-Roy, la vice-première ministre et responsable de la région de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, a annoncé la part de ce montant pour sa région. 

«On veut faire de l’éducation la priorité nationale et ça commence par avoir de l’espace pour mettre nos enfants dans les classes. Il y aura éventuellement des annonces pour l’embellissement des écoles. Nous avons choisi de miser sur l’avenir de nos enfants, c’est pourquoi nous investissons aussi massivement en éducation, d’une manière qui est du jamais vu», indique la ministre de la Sécurité publique.

La totalité des projets déposés par les écoles qui ont été acceptés par le ministère de l’Éducation, tous les projets dont le besoin d’espace additionnel a été reconnu. L’an dernier, le gouvernement libéral avait accepté 55 projets. 

Besoins criants

La directrice de l’école secondaire Cardinal-Roy, Élizabeth Fortin, s’est dite émue après l’annonce de la ministre. Plusieurs de ses collègues enseignants avaient interrompu leurs vacances afin d’assister à la conférence de presse.

«C’était un peu inespéré. On avait demandé autrefois l’agrandissement et on n’était pas du tout dans les critères du ministère... On s’était fait dire : “Oubliez ça.” Il a fallu faire des compromis et c’était plus difficile dans l’école. C’était pour trois secteurs différents avec des besoins bien différents, et il fallait choisir. Là, tous les secteurs vont pouvoir cohabiter et se développer, il n’y aura pas de chicane», se réjouit la directrice.

Cet agrandissement devrait être prêt après trois ans de travaux. D’ici là, les élèves et le personnel continueront de jouer des coudes.

«On a tout converti les locaux qu’on pouvait. Cet été, on a des unités mobiles en arrière pour accueillir quatre classes. On doit dire non à certains nouveaux élèves, mais ça va changer dans trois ans», ajoute Mme Fortin.

Avec plus de 15 millions $, l’école pourra se doter d’un agrandissement — nécessaire depuis plusieurs années — et procédera au réaménagement de l’amphithéâtre du Centre de formation professionnelle Wilbrod-Bherer.

L’école secondaire Joseph-François-Perreault à Sainte-Foy, elle aussi avec plus de 15 millions $ en poche, agrandira également ses locaux. 

Finalement, presque 3 millions $ du montant iront dans l’ajout de cinq classes au projet de construction d’une école primaire Lab-École, toujours pour la commission scolaire de la Capitale.

Une nouvelle école dans Charlesbourg

Un montant de 2 millions $ ira à la mise à l’étude du projet de construction d’une école secondaire à Charlesbourg, pour la commission scolaire des Premières-Seigneuries. Il s’agit de la première étape, d’autres investissements suivront.

«Un dossier d’opportunité, c’est une étape préliminaire dans les projets d’infrastructures. On va développer le programme fonctionnel des techniques [PFT] de manière très précise», assure le député de Charlesbourg, Jonatan Julien. 

Les besoins seront donc déterminés avec cette étude, notamment la localisation de l’école. Mme Guilbault soutient que l’objectif est que l’école soit livrée dans trois ans. 

Et les maternelles 4 ans?

Mme Guilbault informe que chaque projet présenté par les écoles a pris en compte le développement éventuel des classes de maternelle 4 ans.

«Les commissions scolaires doivent déposer chaque automne leurs besoins en ajout d’espace. À notre arrivée au gouvernement, mon collègue Jean-François Roberge a demandé aux commissions scolaires de prendre en compte le développement éventuel des classes de maternelle 4 ans dans ce besoin d’espace additionnel, chose qui a été faite», assure-t-elle.  

+

LA NOUVELLE ÉCOLE DE SCOTT AURA UN TERRAIN PLUS GRAND

La nouvelle école de Scott, en Beauce, change de terrain. Sa capacité ayant été augmentée à 21 classes, une superficie de terrain plus grande était nécessaire pour sa construction.

L’école primaire de Scott de la commission scolaire de la Beauce-Etchemin (CSBE) avait été partiellement détruite par les inondations de ce printemps. Au début du mois de mai, le premier ministre François Legault avait promis une école toute neuve aux enfants de la municipalité, au coût de 14 millions $. 

Le projet comptait initialement 16 classes, et l’établissement devait se construire sur un terrain près de la caserne d’incendie de la route Carrier. Après l’ajout de quatre classes, le conseil municipal devait repenser la localisation de l’école.

La firme Vivre en ville était responsable d’étudier les différentes options de localisation. Elle devait entre autres sélectionner un terrain hors de la zone inondable avec une possibilité de construction rapide. Un terrain de plus de 15 000 mètres carrés a finalement été réservé au bout de la 16e Rue, dans un secteur du nouveau développement.

Rappelons que le ministre Legault voulait voir l’école debout à l’été 2021 et la CSBE assure que le changement de terrain ne retardera pas la construction. Toutefois, elle n’assure pas une livraison à l’été 2021, bien que c’est le scénario souhaité. 

«Le nouveau terrain est plus grand, ce qui nous aidera à offrir aux gens de Scott une école digne du XXIe siècle», a commenté le président de la commission scolaire, Charles-Henri Lecours.