L’écoquartier D’Estimauville accueille déjà plusieurs fonctionnaires fédéraux. Des bâtiments résidentiels sont attendus.

Écoquartier D’Estimauville: les terrains de la phase II mis en vente

La Ville de Québec franchit une nouvelle étape dans le développement de l’écoquartier D’Estimauville. Dans le cadre de la phase II, trois grands terrains seront mis en vente pour la construction d’immeubles de logements et de maisons en rangées.

La municipalité ayant «complété ses travaux de génie civil et d’aménagement paysager […] de la rue des Moqueurs, de la rue des Gros-Becs et du parc des Gazouillis», elle juge venu le temps d’attirer des développeurs intéressés à poursuivre la renaissance de ce quadrilatère, à la jonction du boulevard Sainte-Anne et de l’avenue D’Estimauville, lit-on dans des documents municipaux mis en ligne jeudi. Les entrepreneurs auront trois ans pour faire pousser des bâtiments de trois à six étages.

«La Ville souhaite vendre les terrains en 2020», précise Audrey Perreault, conseillère en communication.

Puisque les lots sont situés dans un écoquartier, les compagnies devront soumettre des projets «respectueux de l’environnement». La mairie exige notamment une certification LEED, 50 % de logements «permettant des courants d’air et un éclairage naturel», des balcons, des toitures en partie végétalisées, 80 % des stationnements cachés à l’intérieur… 

Devenir une référence

Aussi, une architecture distinctive sera de mise : «Il est souhaité que les nouveaux bâtiments deviennent des références dans le paysage urbain et contribuent à la signature de l’écoquartier D’Estimauville», lit-on dans une présentation des critères d’évaluation des soumissions.

Selon la Ville, les promoteurs immobiliers n’auront toutefois pas à procéder à de dispendieux travaux de décontamination sur les trois lots mis en vente. Des tests ont indiqué que la qualité du sol répond aux critères gouvernementaux pour la vocation résidentielle.

Les travaux seront surveillés par la Commission d’urbanisme et de conservation de Québec.

Rappelons que l’écoquartier D’Estimauville est déjà en confection. Le siège social de la CNESST émerge; jusqu’à 1800 personnes pourraient y travailler en 2021. Des habitations ont aussi été érigées, dont des logements sociaux. Le secteur accueille également des fonctionnaires fédéraux en nombre.